Hap et Leonard (4) : Tape-cul, de Joe Lansdale

Publié le par Yan

tape-cul-lansdale-09Alors qu’il a fini par retrouver une vie presque normale en squattant chez son pote Leonard et en vidant les poivrots d’un rade de striptease, Hap se trouve entrainé dans une nouvelle affaire. Brett, la femme qu’il aime, lui demande de l’aider à récupérer sa fille, Tillie, prostituée entre les mains d’un maquereau particulièrement vachard. Accompagnés de Leonard, mais aussi d’un nain bavard et vicieux, Hap et Brett s’apprêtent à passer quelques mauvais quarts d’heures.

On l’a déjà dit à propos de Bad Chili, Joe Lansdale, à partir du troisième volume traduit en France des aventures de ses deux héros texans, a pris la voie du divertissement pur à base de bagarres saignantes et de dialogues crus et imagés. C’est autour d’une intrigue particulièrement mince qu’il tresse donc la version écrite d’un film de série B, une sorte d’épisode particulièrement saignant de L’homme qui tombe à pic ou de L’agence tous risques.

On aura donc droit à une progression linéaire ponctuée à chaque étape par son lot de bastons et de bon mots ainsi que, pour faire bonne mesure, par la fantaisie de Lansdale qui nous permet de croiser un tatou apprivoiser, une machine à aspirer les chiens de prairie ou encore le récit de vie d’un nain vendu à un cirque dans lequel il chevauche des chiens pour le plaisir des petits et des grands. Les personnages sont comme il se doit caricaturaux et, à l’exception des héros, bêtes à manger du foin, la bêtise étant leur fonction première, histoire de donner au lecteur le plaisir de lire les stupidités qu’ils peuvent débiter avant qu’ils ne se prennent une tannée bien méritée.

Bref, voilà un roman qui assume parfaitement sa mission de divertissement sans conséquences et qui bénéficie du talent de Lansdale pour fourrer ses personnages dans les situations les plus improbables et pour ciseler des dialogues crus et marrants. Ce qui cherchent un roman profond et poli passeront leur chemin ; ceux qui veulent juste passer un peu de bon temps s’y attarderont.

Joe Lansdale, Tape-cul (Rumble Tumble, 1998), Gallimard, Série Noire, 2004. Rééd. Folio Policier, 2009. Traduit par Bernard Blanc.

Du même auteur sur ce blog : Entretien ; Du sang dans la sciure ; Les marécages ; L’arbre à bouteilles ; Le mambo des deux ours ;  Bad Chili ; Tsunami mexicain ; Vanilla Ride ;  Diable Rouge  Les mécanos de Vénus ; Les enfants de l'eau noire ;  

Publié dans Noir américain

Commenter cet article