Rétrospective Dortmunder (11) : Voleurs à la douzaine, de Donald Westlake

Publié le par Yan

voleursàladouzaineC’est un volume particulier que ce Voleurs à la douzaine, qui consiste en fait en un recueil de nouvelles écrites entre 1981 et la fin des années 1990. Une douzaine de nouvelles, donc, et autant de coups foireux partis pour la plupart, ainsi que l’explique Donald Westlake dans la préface, de flashes que l’auteur a eu à un moment ou un autre (Dortmunder face à un cheval, Dortmunder dans un tunnel sentant un courant d’air…) et à partir desquels il a brodé pour aboutir à ces historiettes.

On est donc loin des gros coups auxquels les romans mettant en scène Dortmunder et ses acolytes nous ont habitués, mais plutôt du côté de ses petits braquages qui, en général, marquent le début des grandes aventures, quand l’un ou l’autre des bras cassés de l’équipe a besoin de se refaire.

On verra donc Dortmunder tenter de voler un étalon, contacté par un artiste particulier pour voler ses toiles, tenter d’échapper à la police en se faisant passer pour un serveur ou faisant irruption dans une chambre forte depuis les égouts pour tomber sur un hold-up en cours de réalisation. C’est aussi l’occasion de retrouver ces personnages et situations secondaires qui font le charme de la série, en particulier l’ineffable receleur Arnie Albright et les dissertations surréalistes des habitués du OJ Bar & Grill.

Mais le morceau le plus curieux de ce recueil est sans doute l’avant-dernière nouvelle écrite à un moment où quelque requin d’Hollywood semblait avoir réussi à mettre la main sur le nom de Dortmunder que Westlake risquait de ne plus avoir le droit d’utiliser. Et l’auteur de tenter de continuer le chemin avec son héros en changeant son nom et celui de ses acolytes (Dortmunder devient Rumsey, May devient June, Tiny devient Big Hooper, Kelp est Algy…). Sauf que, ainsi que l’explique Westlake, « Le problème, c’est que John Rumsey est petit », et que donc il n’est pas vraiment Dortmunder. On voit donc se dérouler une histoire qui, de fait, est bien une histoire de Dortmunder, mais qui semble se dérouler dans un univers parallèle, plus cartoonesque. Une drôle d’expérience.

Bref voilà un volume vif et enlevé qui nous montre à quel point Westlake possédait un vrai talent de nouvelliste et qui permet à la fois aux non-initiés de découvrir l’univers loufoques de Dortmunder et aux habitués d’y entrer un peu plus profondément. Un régal.

Donald Westlake, Voleurs à la douzaine (Thieves’ Dozen, 2004), Rivages/Thriller, 2008. Rééd. Rivages/Noir, 2011. Traduit par Jean Esch.


Dans la série Dortmunder sur ce blog : Pierre qui roule ; Comment voler une banque ; Jimmy the kid ; Personne n’est parfait ; Pourquoi moi ? ; Bonne conduite ; Dégâts des eaux ; Histoire d’os ; Au pire qu’est-ce qu’on risque ? ; Mauvaises nouvelles ; Les sentiers du désastre ; Surveille tes arrières ; Et vous trouvez ça drôle? ; Top Réalité ;

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

Serge 31 01/03/2013 00:53

Salut Yann.
La nouvelle a toujours été un genre très prisé aux USA, beaucoup plus que chez nous en tout cas. Et les grands conteurs américains (donc Westlake) sont aussi de grands nouvellistes. Quelques rares
recueils traduits, et un large pan d'une oeuvre encore à découvrir (sans Dortmunder, Parker and Co...)...
A bientôt pour le Dortunder 12...

Yan 01/03/2013 09:58



Salut Serge,


Westlake est en effet un excellent nouvelliste, comme beaucoup d'auteurs américains. J'ai un bon souvenir de deux recueils parus en Série Noire mais dont je ne me rappelle plus le titre.


Amitiés


Yan