Rétrospective Dortmunder (10) : Mauvaises nouvelles, de Donald Westlake

Publié le par Yan

mauvaises nouvellesUne fois n’est pas coutume, subissant sa malchance légendaire (« John Dortmunder était un homme sur qui le soleil brillait seulement quand il avait besoin de rester dans l’ombre ») Dortmunder se trouve acculé et dans l’obligation de se lancer dans un coup hasardeux avec son ami Andy Kelp. Il s’agit cette fois d’aider deux escrocs à faire valoir les droits de la pseudo dernière descendante d’une tribu indienne sur les bénéfices d’un casino. Il faudra pour cela à la bande Dortmunder se salir les mains pour déterrer – littéralement – quelques cadavres, mais aussi veiller à ce que ces nouveaux associés ne soient pas tenter de se débarrasser d’eux.

On gardait un bon souvenir de la première lecture de cette dixième aventure de Dortmunder. Pourtant, en s’y penchant une deuxième fois, le roman se fait moins percutant et révèle quelques faiblesses.

Certes il s’ouvre par une scène d’anthologie avec un Dortmunder imaginant à l’improviste un stratagème hilarant pour justifier devant la police sa présence en pleine nuit dans un centre commercial fermé, certes aussi l’histoire est assez retorse, à l’image de personnages qui conjuguent la fourberie avec une dose conséquente de stupidité… Mais, pourtant, force est de constater que cela manque souvent de rythme et que Westlake peine parfois à naviguer d’un personnage à l’autre, comme s’il ne savait pas sur lequel s’attarder, détailler tel point où éluder tel autre… Les rouages qui, bien huilés font généralement tourner au quart de tour cette machine bien rôdée semblent un peu grippés.

Et donc, malgré quelques moments de grâce, quelques répliques bien senties et des situations amusantes, on a l’étrange sentiment que Westlake en a fait à la fois trop et pas assez, développant inutilement des points annexes et se montrant trop concis en ce qui concerne les pourtant prometteurs indiens gérants du casino dont il est loin d’exploiter tout le potentiel comique.

Voilà un titre mi figue mi raisin, divertissant et agréable à lire mais un peu frustrant sur les bords. Il fallait bien que cela arrive un jour ou l’autre.

Donald Westlake, Mauvaises nouvelles (Bad News, 2001), Rivages/Thriller, 2002. Rééd. Rivages/Noir, 2004. 

Dans la série Dortmunder sur ce blog : Pierre qui roule ; Comment voler une banque ; Jimmy the kid ; Personne n’est parfait ; Pourquoi moi ? ; Bonne conduite ; Dégâts des eaux ; Histoire d’os ; Au pire qu’est-ce qu’on risque ? ; Voleurs à la douzaine ; Les sentiers du désastre ; Surveille tes arrières ; Et vous trouvez ça drôle? ; Top Réalité ;  

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

Poone 24/02/2013 16:36

Grande fan de Westlake, même si certains ouvrages sont moins drôles et enlevés, cela reste toujours un énorme plaisir.

Yan 24/02/2013 17:11



Tout à fait.



christophe 24/02/2013 15:08

Ben mince, j'en ai aussi un excellent souvenir... mieux vaut ne pas le relire, alors...

Yan 24/02/2013 15:53



Va savoir... ça vient peut-être de moi.



Jean-Marc 21/02/2013 15:28

C'est marrant, j'en ai un excellent souvenir.
J'avais beaucoup aimé, entre autres, la vengeance de la bande à Dortmunder sur ceux qui ont osé les utiliser. Une des rares fois où ils font usage d'une certaine violence physique si je ne m'abuse.

Yan 21/02/2013 19:33



C'est marrant aussi parce que, comme je le dis dans ma chronique, j'avais aussi un bon souvenir. La scène à laquelle tu fais référence fait partie de ce qui est réussi dans le roman. Prises
isolément beaucoup de scènes fonctionnent très bien et certaines sont d'anthologie. Mais le tout est, je trouve, plutôt décousu.