Ils savent tout de vous, de Iain Levison

Publié le par Yan

Agent de police dans une petite ville du Michigan, Snowe s’aperçoit alors qu’il interpelle un junkie qu’il est capable d’entendre les pensées des personnes qui l’entourent. Et, très vite, qu’il n’a pas envie d’entendre tout ça. Impossible toutefois de se débarrasser de ce don. Au même moment, dans une prison d’État, Denny Brooks, tueur de flic condamné à mort, reçoit la visite de l’agent fédéral Dyer. La raison en est simple : Brooks peut lire les pensées des gens et le gouvernement à besoin de son aide. Il suffit pour cela de s’assurer de sa coopération et de le sortir quelques jours de sa prison. Sauf que, bien sûr, rien ne va se passer comme prévu. Ça va donc être au tour de Snowe de recevoir la visite de Dyer. Car qui mieux qu’un flic télépathe pourrait bien retrouver un psychopathe qui lit dans les pensées ?

Légère inflexion donc dans le parcours littéraire de Iain Levison qui met ici un pied dans l’anticipation. Mais si l’argument de départ effleure ainsi la science-fiction, Levison reste fidèle à ses thématiques habituelles : l’absurdité du système, les galères du quotidien dans une société profondément individualiste… S’il reste comme toujours collé à ses personnages dont il continue à croquer des portraits justes et bourrés d’humour, Levison prend aussi un peu de hauteur pour parler de son temps. Après la crise de la classe ouvrière dans Un petit boulot ou encore le fonctionnement en forme de rouleau compresseur de la justice avec Arrêtez-moi là !, place ici à la surveillance généralisée et à la recherche du contrôle de la population. Car si le titre du roman nous indique qu’Ils savent tout de vous, on a tôt fait de comprendre que le « ils » en question désigne moins les télépathes de l’histoire que ceux qui les utilisent.

Cette histoire de télépathie était éminemment casse-gueule et l’on pouvait craindre, même si on attendait depuis bien longtemps le retour de Iain Levison, que ce soit le livre de trop. C’était faire peu de cas de la finesse de l’américain qui arrive ici, grâce à un ton toujours juste qui situe son roman entre le réalisme des personnages et la légère et bien dosée caricature de la société dans laquelle ils évoluent, à faire passer tout cela comme une lettre à la Poste. Et il nous offre au final un de ces rares livres qui allient avec bonheur une construction imparable qui empêche de les lâcher et l'intelligence du propos ; le tout assaisonné d’une belle dose d’humour. Excellent.

Iain Levison, Ils savent tout de vous (Mindreader, 2015), Éditions Liana Levi, 2015. Traduit par Fanchita Gonzalez Battle. 232 p.

Du même auteur sur ce blog : Un petit boulot ; Une canaille et demie ; Arrêtez-moi là ! ;

Publié dans Noir américain

Commenter cet article