Quand travailler tue : Les visages écrasés, de Marin Ledun

Publié le par Yan

imagesCAMKRWI9.jpgCertes, j’arrive bien en retard pour parler des Visages écrasés tant on a parlé de ce roman depuis sa sortie. Mais il n’est sans doute jamais complètement vain de revenir sur un livre que l’on a aimé. Et qui sait, peut-être certains lecteurs de ce blog ne l’ont pas encore lu.

Carole Matthieu est médecin du travail sur le site d’une grande entreprise de téléphonie. Depuis des années, elle voit se succéder dans son bureau la cohorte des salariés en souffrance, écrasés par les méthodes de management sauvage, les pressions, les divisions entretenues par la direction… Quand, une nouvelle fois elle reçoit Vincent Fournier, dépressif, suicidaire, amaigri, l’ombre de lui-même qui persiste à dire qu’ « ils » n’auront pas sa peau, Carole Matthieu ne peut que constater que c’est déjà fait depuis longtemps. « Ils » l’ont eu.

Et il faut que cela se sache une bonne fois pour toute. Carole décide de tuer Vincent, pour lui éviter de perdre sa dignité en se suicidant. Un médecin du travail qui tue son patient, voilà qui devrait enfin réveiller les médias et permettre de faire passer sur le devant de la scène la question de la déshumanisation des salariés, de ce système qui broie des femmes et des hommes au nom de la sacro-sainte productivité et des dividendes à reverser.

Sauf que, une fois qu’elle est passée à l’acte, Carole Matthieu se rend compte que les choses ne vont peut-être pas se passer ainsi. L’écoutera-t-on vraiment ? Ne sera-t-elle pas considérée seulement comme une folle meurtrière ? Elle ne va donc pas avouer. Elle va revenir travailler et chercher à faire éclater la vérité autrement. Elle se trouve entraînée dans un engrenage qui la tire désespérément vers le fond.

Les visages écrasés est un livre saisissant. Raconté à la première personne par Carole Matthieu, narrateur sous pression, qui ne tient plus que grâce aux psychotropes, rongée par l’impuissance et la rage, ce roman nous entraine dans une longue apnée de 300 pages durant laquelle Marin Ledun réussit le tour de force de nous faire nous identifier à son personnage principal, à partager son désarroi et sa colère. Un ressentiment, forcément subjectif, contrebalancé régulièrement par des documents bruts, rapports médicaux, mails de la direction aux employés…, dont on sent bien - Marin Ledun étant un spécialiste de la question , par ailleurs auteur d’un essai sur le sujet, Pendant qu’ils comptent les morts – qu’ils s’inspirent de sources véritables.

Roman militant, sans doute, Les visages écrasées ne fait cependant pas l’impasse sur la complexité du sujet. Les victimes d’un jour, sont aussi les bourreaux de la veille ou du lendemain. Plus que les hommes, qui souffrent finalement tous et se replient sur eux-mêmes dans une société de plus en plus individualiste, c’est le système qui est en cause, le système de production et d’organisation qui ne voit plus dans le salarié un être humain, mais un instrument à son service. C’est dans un monde où l’entreprise n’a plus taille humaine, une organisation du travail dans laquelle ceux qui prennent les décisions sont déconnectés du réel et ne voient pas, ou ne veulent pas voir, que, quelques échelons plus bas, ce sont des femmes et des hommes qui subissent une pression insoutenable mais qu’ils persistent à vouloir soutenir : par fierté, par amour-propre, parce que craquer c’est montrer que l’on n’est pas capable.  

Marin Ledun malgré l’urgence du récit de Carole Matthieu nous dévoile ainsi une mécanique impitoyable que les médias, malgré les événements dramatiques auxquels nous sommes malheureusement de plus en plus habitués, n’abordent que d’une manière superficielle.

Un roman oppressant, servi par une écriture terriblement efficace. Édifiant.

Marin Ledun, Les visages écrasés, Seuil, Roman noir, 2011.

Du même auteur sur ce blog : La guerre des vanités ; L'homme qui a vu l'homme ; Au fer rouge ; En douce ;

Publié dans Noir français

Commenter cet article

géraldine jaujou 26/09/2011 15:19


je sais que je ne fais pas partie des indispensables polars à lire en ce moment. Mais est-ce que je peux me proposer en lecture à vos soins ? Je suis l'auteur de la "Guérisseuse", polar publié chez
les Nouveaux Auteurs en juin 2011. Et suis intéressée par votre regard d'expert :)


Yan 27/09/2011 14:07



Bonjour Géraldine. Je suis bien loin de me targuer d'avoir un regard d'expert. Je ne suis qu'un amateur qui aime à partager et dialoguer autour du roman noir. J'achète
la quasi-totalité des livres que je chronique. Je reçois quelques services de presse mais en partant du principe que je ne lis que ce qui a priori peut me plaire et que, si cela ne me
plaît pas, je le dis tout aussi clairement que lorsque j'aime. Par ailleurs, même si je lis beaucoup, je ne peux - malheureusement - pas faire que cela. Aussi je peux mettre un certain temps
avant de me décider à lire un livre. Vous comprendrez que ce genre de proposition émanant d'un auteur puisse me mettre mal à l'aise : je suis quelqu'un de curieux, qui aime découvrir de nouveaux
auteurs et de nouveaux univers, mais crains toujours de blesser un auteur qui m'aurait envoyé un livre dans lequel il a mis beaucoup de lui-même et que je n'apprécierais pas. Ceci étant posé,
vous pouvez toujours me contacter directement par mail encoredunoir@orange.fr



gridou 31/08/2011 11:44


oui je sais...Si tu voyais le nombre de bouquins tout à fait indispensables à découvrir...Je ne sai smême plus par quoi commencer !


Yan 31/08/2011 11:47



Pareil! 230 bouquins en attente, dont au moins la moitiés d'indispensables...



gridou 31/08/2011 11:31


Non, tu n arrives pas trop tard, je ne m'y suis pas encore mise non plus et c'est un auteur que j ai très envie de découvrir , j en ai entendu le plus grand bien !


Yan 31/08/2011 11:34



C'est une découverte qui mérite d'être faite!