Les naufragés de la discorde, de Jock Serong

Publié le par Yan

Sauf erreur de notre part, cela faisait bien longtemps que l’on n’avait plus de nouvelles de la collection de romans d’aventures inédits des éditions 10/18. En découvrant Les naufragés de la discorde, de l’australien Jock Serong, on se dit que cela valait bien le coup d’attendre.

Le point de départ de ce roman est une histoire vraie : le naufrage en 1797 du Sydney Cove, un bateau de commerce qui devait rejoindre Sydney depuis Calcutta et s’échoua sur une île de Tasmanie. Un groupe de naufragés réussit à rejoindre la côte australienne avec une chaloupe avant d’entamer une marche de 700 kilomètres le long du littoral pour rallier Sydney. Trois d’entre eux seulement survécurent. Que s’est-il passé au juste durant cette longue marche ? C’est dans ces anfractuosités de l’histoire que Jock Serong vient nicher la part romanesque de son livre.

Pour cela, il fait apparaître John Figge. Celui-ci se fait passer pour un négociant en thé et vient d’être recueilli par des pêcheurs sur une plage au sud de Sydney avec un jeune bengali et William Clark, subrécargue du Sydney Cove. Mais que s’est-il passé au juste sur le navire et durant l’interminable marche sur la côte ? Que sont devenus les autres naufragés ? Pourquoi Figge est-il aussi inquiétant ? Et pourquoi Clark semble-t-il éluder une partie des événements ? Au nom du gouverneur de Sydney, le lieutenant Grayling doit recueillir les témoignages des trois rescapés. Très vite, il s’aperçoit qu’on lui dissimule un certain nombre d’éléments et que Figge tente d’avoir une emprise sur lui.

C’est à travers ces interrogatoires et le récit de Srinivas, le jeune indien rescapé, que tout s’assemble et que l’on découvre la profondeur de la folie et de la cruauté de Figge auxquelles la lâcheté et la cupidité de Clark laissent le champ libre.

Enquête policière, roman noir psychologique et roman d’aventures, Les naufragés de la discorde projette le lecteur dans cette Australie alors aux prémices de sa colonisation. La cruauté de Figge et la morgue des Européens qui l’accompagnent sur la côte se confrontent ainsi à la civilité d’aborigènes dont le sens de l’hospitalité pourrait les faire passer pour plus faibles qu’ils ne sont. Les naufragés en feront l’amère expérience. À travers ce roman tout en suspense et dépaysement, Jock Serong évoque ainsi la force des stéréotypes, le sentiment bien ancré de supériorité des Européens et la manière dont les préjugés sont trompeurs. Le lieutenant Grayling et son épouse, viennent un peu les bousculer et révèlent ainsi une vérité bien gênante : la sauvagerie ne se niche pas toujours là où l’on croit.

Jock Serong, Les naufragés de la discorde (Preservation, 2018), 10/18, 2020. Traduit par Isabelle Chapman. 364 p.

Publié dans Western et aventures

Commenter cet article

Françoise 16/10/2020 15:27

Salut salut : penses-tu que ce roman conviendrait pour un lecteur ado ou jeune adulte ?
Merci d'avance de ta réponse !

Yan 16/10/2020 16:11

Bonjour Françoise. Je pense que ça peut convenir à un lycéen ou un jeune adulte, oui. C'est du roman noir avec un tueur bien vicieux, de l'enquête et de la belle aventure avec les rencontres avec les aborigènes.