Il était une fois au Mexique… La griffe du chien, de Don Winslow

Publié le par Yan

 la-griffe-du-chien.jpg Agent de la DEA, l’agence américaine chargée de la lutte contre le trafic de drogue, Art Keller est affecté depuis 25 ans à la lutte contre les narcotrafiquants mexicains et notamment des frères Barrera dont il a involontairement contribué à l’ascension en tant que dirigeants d’un des plus puissants cartels.

Difficile de résumer les plus de 800 pages du chef-d’œuvre – n’ayons pas peur des mots – de Don Winslow. Ce que nous propose l’écrivain américain, c’est pas moins de 25 ans (de 1975 à 2000) d’histoire du trafic de drogue entre le Mexique et les États-Unis à travers le regard d’un agent de la DEA, d’un chef de cartel, d’un ambitieux gangster américain d’origine irlandaise, d’une prostituée, d’un prêtre mexicain, de mafieux italo-américains, d’agents de la CIA...

On a déjà dit par ailleurs, à propos de Savages ou de La patrouille de l’aube, combien Don Winslow sait donner un rythme trépidant à ses romans et accrocher le lecteur. Cette qualité est poussée à l’extrême dans La griffe du chien, et Winslow réussit l’exploit de multiplier les points de vue et les allers-retours entre les époques sans jamais perdre le lecteur ni faire baisser son intérêt, et sans que jamais le rythme ne faiblisse.

Certes le roman est extrêmement documenté et nous donne à voir des pages entières de l’histoire du Mexique et des États-Unis, de la politique d’endiguement du communisme par le soutien américain aux contras et aux trafiquants, à la mise en place de l’Accord de Libre Échange Nord Américain (ALENA), en passant par le tremblement de terre de Mexico et la montée de l’influence de l’Opus Dei au Mexique, mais c’est aussi – et surtout – une immense fresque romanesque au souffle épique incroyable.

Une œuvre imposante avec des personnages attachants et profondément humains. Pas de ces héros extraordinaires que l’on trouve souvent dans la littérature, mais des personnes pour lesquelles la frontière entre le bien et le mal est bien ténue et qui basculeront d’un côté ou de l’autre, parfois – souvent – des deux côtés, selon les époques et les circonstances.

Unanimement salué, La griffe du chien est d’ores et déjà devenu un classique du roman noir et même du roman tout court. C’est sans doute le livre le plus impressionnant que j’ai pu lire ces dernières années. Un chef-d’œuvre donc.

Une interview de Don Winslow qui porte en grande partie sur La griffe du chien ici.

Don Winslow, La griffe du chien, Fayard Noir, 2007. Rééd. Points Policier, 2008. Traduit par Freddy Michalski.

Du même auteur sur ce blog : La patrouille de l'aube ; Savages ; Satori ; L'heure des gentlemen ; Cool ; Dernier verre à Manhattan ; Cartel ;

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

Barth 25/07/2014 21:24

Je cherchais, après avoir enchainé trop (si c'est possible...) d'Elmore Leonard, à retourner vers du noir dur.
Un peu par hasard, ai fait connaissance de Winslow par cette griffe.
Quel choc !...
Mais quel choc...
C'est rare mais je suis sorti étrangement amorphe de cette lecture. Un peu comme après "Sympathy for the devil".
C'est noir, cru, violent. Une vraie claque.
Depuis, je déguste du Don Winslow dès que possible.

Yan 26/07/2014 16:08



C'est LE grand roman de Winslow. Les autres, pour être sympathiques, sont tout de même loin de ça (et certains sont carrément décevants).



Bruno 15/06/2011 09:36


Le roman que je me suis mis de côté pour le lire peinard au soleil les doigts de pied en éventail cet été ! j'ai adoré Savage comme tu le sais, et celui ci, que je n'ai pas encore lu, c'est
justement Pierre qui me l'avait chaudement recommandé! j'en salive d'avance :)


Yan 15/06/2011 21:08



C'est bien de saliver un peu, ça rend la dégustation encore meilleure!



Pierre FAVEROLLE 14/06/2011 22:38


Salut Yan, décidément, tu as décidé de ne chroniquer que des grands livres ou des chefs d'œuvre. ça va ressembler à la bibliothèque idéale, à force ! Pour revenir au livre, je suis d'accord, c'est
un roman indispensable à faire lire à tous. Comme Savages d'ailleurs, plus ludique mais tout aussi bien. Amitiés


Yan 14/06/2011 23:00



Salut Pierre. En fait depuis le temps que je pense faire un blog, j'ai eu le temps de lire pas mal de livres. Du coup, entre deux lectures, plus ou moins plaisantes (je pense aux Fantômes de
Breslau) que je chronique sur le blog, je reviens sur les livres que j'ai vraiment beaucoup aimé ces dernières années. Pas la peine de revenir sur ceux que j'ai trouvé moyens ou que je n'ai pas
aimé. Tout à fait d'accord avec toi, La griffe du chien est tout simplement indispensable.