Et ils oublieront la colère, d’Elsa Marpeau

Publié le par Yan

Dans une petite commune de l’Yonne, le cadavre d’un homme gisant près d’un lac est retrouvé. Cet homme, Mehdi Azem, professeur d’histoire dans un lycée de Sens, s’était lancé dans l’écriture d’un livre sur les tontes de femmes au moment de l’Épuration. Pour le capitaine de gendarmerie Garance Calderon, le meurtre d’Azem est lié à ses recherches. Élevée dans la région par ses grands-parents, Calderon soulève donc le voile qui pèse sur certains événements dissimulés depuis soixante-dix ans et peut-être aussi sur son propre passé.

Et ils oublieront la colère est avant tout une histoire de femmes ou plutôt deux histoires de femmes – celle de Marianne durant l’Occupation et celle de Garance – qui se font écho d’un siècle à l’autre. Des femmes fortes, fières et rebelles, de celles qui séduisent et effraient les hommes et qui en paient parfois le prix. Cet entrelacement de la séduction, de l’amour, de la violence et de la mort qui étaient déjà au cœur du précédent roman d’Elsa Marpeau, L’expatriée (et peut-être de ses autres livres que je n’ai pas encore eu l’occasion de lire), est très certainement la qualité essentielle de Et ils oublieront la colère. Elsa Marpeau aime en effet à fouiller la psyché de ses personnages féminins, à déballer leurs conflits intérieurs et leurs blessures et elle le fait bien.

Toutefois, ce travail de mise à nue de l’âme de ses héroïnes et cette réflexion sur la violence se fait ici au détriment de la cohérence de l’intrigue. Clairement, là où certains auteurs cherchent à tout pris l’exactitude, Elsa Marpeau ne tient apparemment pas à la véracité des détails quitte à ce que, parfois, des éléments essentiels de son histoire deviennent bancals. C’est là le point faible de ce roman durant lequel le lecteur peut régulièrement tiquer face à certaines situations ; du travail sur les scènes de crimes aux détails qui s’emboîtent trop bien en passant par la présence de cet Allemand qui semble plus prendre de longues vacances qu’occuper réellement le pays. Plus à cheval – et plus agacé sans doute – que moi sur ce genre de détail, Philippe Cottet en a fait une liste assez exhaustive dans sa chronique du Vent Sombre.

Intéressante réflexion sur l’exercice d’une réelle violence sociale à l’égard des femmes, de la vigueur des ressentiments intégrés par le corps social et la cellule familiale avec les non-dits qui vont avec, Et ils oublieront la colère, malgré par ailleurs une écriture agréable, souffre donc aussi de ce manque de réalisme et d’une vision de l’Occupation qui tient trop souvent de l’image d’Épinal. Ce qui donne un roman dont les promesses initiales ne sont en fin de compte qu’à moitié réalisées.  

Elsa Marpeau, Et ils oublieront la colère, Gallimard, Série Noire, 2015.

Du même auteur sur ce blog : L'expatriée ;

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Laure 21/02/2015 15:15

Avec une énorme coquille en plus... Y a un moment où elle s est gourée ds les prénoms, ce qui fait que le dénouement final tombe à l eau...

Yan 21/02/2015 15:18

Ça m'a échappé. Mais j'avoue qu'à la fin mon attention a finie par se relâcher.