Gonzo à gogo, d’Ange Rebelli et Jack Maisonneuve

Publié le par Yan

Gonzo-couvplatLe chroniqueur se trouva fort dépourvu lorsqu’il s’aperçut que le roman qu’il venait de recevoir en service de presse ne traitait pas (quoi que…) du gonzo journalisme, mais du porno gonzo, cette vague X qui se débarrasse de toutes fioritures (dialogues ou décors un brin recherchés) pour se consacrer exclusivement à des scènes de sexe filmées le plus souvent en caméra subjective.

Adieu donc Hunter Thompson et Lester Bangs et place à Angie, double de l’auteur Ange Rebelli, journaliste spécialisé dans le X.  1998 : descendu sur la Côte d’Azur pour couvrir le tournage d’une superproduction (ou presque) porno dans la luxueuse villa de la veuve joyeuse Viviane Bittencourt (oui, vous avez bien lu), Angie et son équipe d’acteurs gonzo embarqués pour l’occasion, vont se trouver confrontés à la dure et crue réalité du X : filles de l’Est exploitées, producteurs véreux, mafieux de bas étages accrochés à la charrette de l’industrie du cul et bourgeois cherchant prétextes à assouvir leurs vices.

Préfacé par Jean-Pierre Mocky par le biais d’une interview où le réalisateur, égal à lui-même, joue les contempteurs égocentriques d’une société bourgeoise hypocrite, Gonzo à gogo fonctionne de fait comme un film de Mocky. Porté par un anarchisme joyeux et dévergondé (on est plus proche de Noël Godin que de Bakounine), le roman joue à fond la provocation et l’outrance pour nous montrer crument la face cachée et dégueulasse d’une industrie pornographique dont il serait bien osé de persister à penser qu’elle n’est pas fondée sur l’exploitation des femmes et au service d’une société qui joue d’une dangereuse hypocrisie vis-à-vis du sexe.

Cette plongée chez les pornographes n’a rien d’érotique et délivre on ne peut plus efficacement son message.

Comme un film de Mocky, Gonzo à gogo semble fait de bouts de ficelles et écrit en temps limité. Il en tire des avantages comme des inconvénients. Une spontanéité rafraîchissante d’une part, un côté brouillon parfois de l’autre. On lui reprochera surtout un défaut qu’il partage avec bien des romans français : cette terrible propension à vouloir faire des phrases et à abuser des métaphores et comparaisons qui finissent parfois par flirter avec le calembour.  

Reste au bout du compte un roman certes foutraque et qui semble parfois près de s’égarer dans des considérations proches de la brève de comptoir,  mais qui arrive finalement à fonctionner grâce à son énergie et à son culot.

Ange Rebelli et Jack Maisonneuve, Gonzo à gogo, Tabou éditions, 2012.

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Lystig 06/07/2012 13:41

j'ai reçu la même proposition, mais si c'est du porno à gogo à toutes les pages...

Pierre FAVEROLLE 02/07/2012 21:06

Salut Yan, d'accord avec toi, j'ai apprécié les traits d'humour, et la fin vaudevillesque. Agréablement surpris même si le roman ne révolutionnera pas le polar. Amitiés

Yan 02/07/2012 21:13



Oui, c'est amusant. Plutôt joyeux malgré le côté sombre et la critique féroce du milieu du X. Maladroit souvent dans l'écriture avec parfois une sorte de provocation gratuite qui n'amène pas
grand chose, mais un ensemble agréable. À plus!