Hielo Negro, de Bernardo Fernández

Publié le par Yan

hielo negroLa tarte à la crème, depuis quelques années dans le roman noir, c’est de comparer un livre à un film de Quentin Tarantino ou de Robert Rodriguez. C’est peut-être aussi, pour certains auteurs, d’essayer d’écrire un roman qui ressemble à l’un de ces films. Et, de toute évidence, c’est bien la voie choisie par Bernardo Fernández dans ce roman qui doit beaucoup à ce cinéma là et à la bande dessinée (version Franck Miller).   

En nous racontant l’enquête d’Andrea Mijangos à la recherche d’une bande de gorilles en roller coupables du massacre d’une douzaine de personnes pour dérober les ingrédients nécessaires à la fabrication de métamphétamines, et en l’amenant lentement mais sûrement à la rencontre de Lizzy Zubiage, reine d’un cartel de la drogue et adepte de snuff movies, Fernández a tôt fait de poser ses références.

Bourrés de clins d’œil au cinéma, à la BD ou au roman noir ou fantastique, Hielo Negro est donc un roman qui va à cent à l’heure, qui multiplie les personnages et les situations (on voit quasiment les split screens qu’a dû imaginer Fernández en écrivant) tous aussi extravagants que peu crédibles. Sans tomber dans le fantastique, voilà un livre qui n’est pas sans rappeler dans l’esprit Le livre sans nom. À la différence près que Hielo Negro, sans casser des briques, semble tout de même avoir été écrit avec les mains plutôt qu’avec les pieds.

Sorte de série B un peu barrée flirtant avec le noir et mettant en scène des personnages qui, sans être particulièrement fouillés, s’avèrent tout de même dotés d’un minimum d’épaisseur et d’originalité, voilà un roman qui se lit avec plaisir et qui semble n’avoir d’autre ambition (et c’est déjà bien) que de jouer la carte du divertissement. On sait au moins à quoi s’attendre ; cela évite d’être déçu.

Bernardo Fernández, Hielo Negro (Hielo Negro, 2011), J’ai Lu, 2012. Traduit par Marianne Millon.   

Publié dans Noir latino-américain

Commenter cet article

blackjack 15/07/2012 18:07

personnellement je l'ai abandonné à la page 80 tant la traduction était mauvaise. Je sais bien que c'est un inédit en poche, la traductrice n'a pas du trop se fouler mais quand me^me personne ne
l'a relu?
déjà que l’histoire est plutôt foutraque.

Yan 20/07/2012 18:05



Étonnament, la traduction ne m'a pas plus dérangé que ça. C'est vrai que c'est foutraque, mais j'ai trouvé que ça fonctionnait bien à l'énergie.



dj duclock 30/06/2012 11:05

Tarantino qui puise un peu partout - à la manière de Dylan dans un autre registre - dans les pulps et le cinéma...

gridou 27/06/2012 15:46

En tout cas la couv' fait tout pour nous rappeler Tarantino...on dirait la ffiche de kill bill revisitée :)

Yan 27/06/2012 16:00



En effet!



Jean-Marc 27/06/2012 14:25

C'est le second que je lis de cet auteur, le second avec les mêmes qualités et les mêmes limites.
Il me fait un peu penser aux premiers films de Almodovar : pleins d'énergie, partant dans tous les sens, mais manquant de maîtrise ou simplement de travail.
Espérons juste que BEF suivra la même évolution que le grand Pedro.

Yan 27/06/2012 14:51



J'aime bien quand ça part en vrille, mais là il est vrai que c'est parfois un peu trop... bâclé? Je pense notamment à ces personnages et scènes qui n'apportent pas grand chose à l'intrigue et
dont la présence ne semble tenir qu'au fait que Fernández a eu l'idée d'une scène marrante et qu'il ne voulait pas se priver de la mettre dans son bouquin. Mais, quitte à me répéter, la lecture
est finalement plutôt plaisante.



Ys 27/06/2012 00:32

Quelle est la nationalité de l'auteur ?

Yan 27/06/2012 08:52



Il est mexicain.