Une histoire d’amour radioactive, d’Antoine Chainas

Publié le par Yan

histoireradioactiveLe capitaine Javier et le lieutenant Plancher, collègues et amants, sont chargés d’enquêter sur plusieurs suicides dont les victimes ont en commun d’avoir développé un cancer fulgurant après avoir rencontré une mystérieuse galeriste.

De cette situation de départ Antoine Chainas tire l’un de ses meilleurs romans, si ce n’est le meilleur ; synthèse de ce qui faisait l’originalité de Versus, Aime moi Casanova et Anaisthêsia. On y retrouve en effet à la fois le style singulier de l’auteur – cette recherche de l’efficacité de la phrase, de la précision chirurgicale des mots à laquelle il ajoute ici un peu plus d’émotion –, cet ancrage dans un lieu et une époque proches de nous mais jamais clairement définis, comme une légère anticipation, et un rapport étroit au corps, voire aux fonctions corporelles (en particulier dans des scènes de sexe particulièrement crues). Mais là où, bien souvent, Chainas se contentait de ces descriptions organiques, froides, des actes, il vient ici s’attarder beaucoup plus aussi sur les sentiments en développant cette histoire d’amour du titre.

Amour destructeur qui met à mal corps et âmes mais auquel Antoine Chainas sait conférer, par delà cette douleur, une indéniable beauté.

Parallèlement à cela, l’on suit DRH, employé d’une grosse boîte qui s’accomplit dans son travail et jouit de la réussite de ses plans sociaux sauvages. DRH va croiser lui aussi la galeriste et tomber dans ses rets. Une rencontre que l’on devine fatale mais qui va malgré tout faire émerger de lui l’humanité qu’il avait enfouie sous le masque glacé de cette fonction dans l’entreprise et qui a fini par prendre le pas sur l’homme qu’il est. 

Toujours violent, dérangeant, Chainas fait montre ici d’une parfaite maîtrise de son art dans un beau roman rentre-dedans et enveloppé d’une aura légèrement fantastique. Un livre qui vaut que l’on s’y attarde. 

Antoine Chainas, Une histoire d’amour radioactive, Gallimard, Série Noire, 2010. Rééd. Folio Policier, 2014.

Du même auteur sur ce blog : Pur ;

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Hannibal le lecteur 18/02/2014 13:38

A sa parution j'avais trouvé que c'était le meilleur Chainas. Depuis j'ai lu "Pur", que j'ai trouvé plus intéressant même s'il n'est peut-être pas aussi réussi au niveau de l'écriture elle-même
(Pur est plus classique dans son style). C'est à lire en tout cas.

Il manque un mot (sans doute "tout") dans le bout de phrase "qui va malgré faire émerger de lui..."

Yan 18/02/2014 13:42



Merci de m'avoir signalé le problème. Je corrige.
Concernant Pur, c'est un bouquin qui ne m'a pas enthousiasmé. Je trouve beaucoup de personnages trop caricaturaux et qu'une partie des intrigues destinées à se croiser n'ont pas d'intérêt. J'ai
l'impression que Chainas s'est laissé dépasser par son sujet et n'a pas réussi du coup à vraiment raconter son histoire, ni à donner chair à ses personnages.