Effet de Manchette : La déposition du tireur caché, de Jean-Hugues Oppel

Publié le par Yan

  depositiontireurcache.jpgLe commissaire Gouanaud aurait bien voulu rentrer chez lui pour regarder un match de foot à la télévision mais, au moment de quitter la Préfecture de Police, il reçoit un courrier. À l’intérieur, une lettre, un dossier et un CD. Ces documents constituent la déposition du tueur à gages qui a éliminé l’homme d’affaires Jean-Pierre Duchesnes. Trahi par ses employeurs, ce professionnel a décidé de mettre le commissaire sur leur piste en lui envoyant cette longue déposition dans laquelle il révèle les rouages d’une affaire d’État autant que les exigences de son métier.

C’est donc à un long monologue que nous sommes confrontés dans ce court roman d’une centaine de pages. Un monologue qui se lit sans déplaisir sans pour autant nous emporter. On sourit bien entendu à cette lecture dans laquelle Jean-Hugues Oppel fait passer son humour pince-sans-rire et des hommages plus ou moins appuyés à Jean-Patrick Manchette et à sa Position du tireur couché (« C’était l’hiver et il faisait nuit… Vous vous rappelez, commissaire ? Comme arrivant directement de l’Arctique, des rafales de vent glacé balayaient le paysage […] »).

On retrouve aussi, donc, un des thèmes de prédilection de Jean-Hugues Oppel, les affaires d’État, les conspirations. Mais on est bien loin de French tabloïds ou de Réveillez le Président ! La contrainte du format de la collection Suite Noire, qui arrive souvent à aboutir à des romans courts et efficaces, apparaît ici comme un handicap, et l’on a finalement l’impression d’avoir lu seulement une partie de livre.

En fin de compte, bien que divertissant, La déposition du tireur caché, ressemble plus à une bande-annonce qu’à un roman terminé. On reste donc sur notre faim.

Jean-Hugues Oppel, La déposition du tireur caché, Éditions La Branche, collection Suite Noire, n° 8, 2006.

Du même auteur sur ce blog : Vostok ; 19500 dollars la tonne ;

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Claude LE NOCHER 28/10/2011 20:33


Salut Yan
Certes, il a écrit de plus fortes histoires. Roman court, format oblige, mais Oppel s'en tire très bien (il est par ailleurs l'auteur de fort bonnes nouvelles). L'ayant lu à sa sortie, j'avais
oublié un des clins d'oeil : Pierre Duchesne fut un pseudo de Manchette, en particulier pour des novellisations. Très sympa, quand même.
Amitiés.


Yan 28/10/2011 23:11



Salut Claude. On est bien d'accord en ce qui concerne les écrits d'Oppel, que j'aime beaucoup. Il n'en demeure pas moins qu'ici la contrainte du format court semble l'avoir bridé. Et j'ai eu
l'impression de lire un long extrait qui m'a mis l'eau à la bouche et m'a finalement laissé frustré.