Tim Dorsey. Meurtres, culture et argent sale : la Floride selon Serge A. Storms

Publié le par encoredunoir

C’est en 1999 que Serge A. Storms a déboulé en Floride sous la plume de Tim Dorsey. L’année suivante, il arrivait en France grâce aux éditions Rivages. Et c’est peu dire qu’il a semé une sacrée panique. Accompagné de Coleman, un junkie crétin et de Sharon, une mante religieuse complètement demeurée, Serge s’est lancé à la recherche d’une mystérieuse valise, égarée par le tristement célèbre cartel de Mierda (Le plus inefficace des cartels colombiens, tellement nul qu’il a été obligé de s’installer sur une île perdue des9782743611200.jpg Caraïbes où il survit grâce à la pitié des habitants).

 Serge ? Un homme charmant, un érudit, un autodidacte, ainsi que nous l’explique Tim Dorsey : « Il se fascina pour le programme spatial, la frappe des pièces de monnaie américaines, la guerre sous-marine, la technique chinoise de tennis de table, la franc-maçonnerie, la cryptographie, la littérature de la contre-culture. Sans oublier la Floride et tout ce qui touchait à ses habitants, sa faune et sa flore, son art, son histoire, sa culture, etc ». Malheureusement, il est aussi « obsessionnel compulsif, maniaco-dépressif, rétenteur anal, paranoïaque et schizophrène ». Ajoutons qu’il a une fâcheuse tendance à oublier de prendre ses médicaments et que s’il se montre (presque) toujours d’une politesse exquise, il ne supporte ni l’autorité ni les grossiers personnages dont il se débarrasse généralement d’une manière définitive.

 On l’aura compris, les romans de Tim Dorsey sont pour le moins atypiques. Le gentil est un méchant, et les méchants sont très méchants. Et meurent dans des souffrances qui, pour être atroces, n’en sont pas moins hilarantes et jubilatoires pour le lecteur. Ainsi en va-t-il de ces étudiants imbus d’eux-mêmes transformés en viande séchée ou de cet assureur mort faute d’avoir pu être soigné afin d’assurer un bonus conséquent à son assureur, c’est-à-dire lui-même.

Et puis, autour de Serge et de ses complices, gravite toute une galerie de personnages aussi déséquilibrés les uns que les autres : la Chlingue, Mou-de-l’Asperge et la Teigne, les trois bikers trop bêtes pour devenir des Hell’s Angels reconvertis dans la protection de retraités persécutés par le directeur d’un parc de mobil-homes ou encore Johnny Vegas, le play-boy puceau.

Tim Dorsey aime le roman choral. Chaque chapitre ou presque est l’occasion de présenter un personnage ou une situation encore plus loufoque que le précédent pour nous amener à la rencontre finale et au feu d’artifice qui ne peut que l’accompagner. Dans cette Floride où les personnes les plus déjantées des États-Unis et du reste du monde semblent s’être rassemblées, chaque voiture, chaque îlot, chaque maison, semblent receler un criminel ou une victime en puissance. Et les apparences peuvent être trompeuses. Les femmes octogénaires ne sont pas moins dangereuses que les jeunes nervis du cartel de Mierda. C’est ça la Floride de Tim Dorsey et de Serge A. Storms, ce grand enfant qui voudrait continuer à vivre dans le Sunshine State des années 1960 qui, malheureusement, a depuis été vendu aux promoteurs et aux truands les plus idiots.

Jusqu’à présent, les éditions Rivages nous ont fait le bonheur de traduire six ouvrages de Tim Dorsey. Prolixe, l’auteur en a déjà publié quatorze aux USA. En ces temps moroses, on ne peut qu’espérer que l’éditeur français nous offrira longtemps encore l’occasion de nous évader et de nous réjouir, sans la moindre vergogne, de la mort de quelques promoteurs, politiciens corrompus ou entrepreneurs véreux. Après tout ça n’est que pour rire… Vraiment ?

Publiés en France :

Florida Roadkill, Rivages/Thriller, 2000. Réed. Rivages/Noir, 2003. Traduit par Laetitia Devaux.

Hammerhead Ranch Motel, Rivages/Thriller, 2003. Réed. Rivages/Noir, 2005. Traduit par Jean Pêcheux.

Orange Crush, Rivages/Thriller, 2005. Traduit par Jean Pêcheux.

Triggerfish Twist, Rivages/Thriller, 2006. Réed. Rivages/Noir, 2008. Traduit par Jean Pêcheux.

Stingray Shuffle, Rivages/Noir, 2008. Traduit par Jean Pêcheux.

Cadillac Beach, Rivages/Noir, 2011. Traduit par Jean Pêcheux.

Torpedo Juice, Rivages/Thriller, 2015. Traduit par Jean Pêcheux.

Pour tout savoir sur Tim Dorsey et Serge A. Storms : http://www.timdorsey.com

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

Claude LE NOCHER 15/05/2011 07:01


Bonjour
... et bienvenue dans la communauté Culture Polar.
Amitiés.


encore du noir 15/05/2011 10:23



Merci pour l'accueil! Au plaisir de se lire, donc.