World War Z, de Max Brooks

Publié le par Yan

world-war-zAprès  Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère et retrouvé l’amour au printemps dernier, faisons un nouveau tour chez les zombies avec Max Brooks. À une différence près : la où S.G. Browne choisissait l’angle humoristique et de se placer dans la tête d’un zombie, Brooks présente une œuvre de science-fiction bien plus sérieuse de prime abord (ce qui n’exclut pas pour autant un humour du second degré de bon aloi) et du côté des humains.

World War Z prend la forme d’un rapport. Alors que le conflit contre les zombies a agité la planète pendant dix ans et que le monde est à se reconstruire sans que la menace soit complètement annihilée, l’auteur, en mission pour l’ONU, présente ici la version longue de ce rapport composé d’entretiens avec des acteurs de la guerre issus de tous les continents.

C’est cette forme qui confère tout son intérêt au livre et lui donne toute son ampleur. En nous amenant ainsi aux quatre coins du monde à différents moments du conflit, Max Brooks crée une histoire globale et un monde dont la crédibilité tient aux références et liens que l’on retrouve de témoignage en témoignage.

Construction habile, World War Z évite aussi l’écueil de la fastidieuse explication de l’apparition des zombies en évitant tout simplement d’en donner une. Ils sont là, le fait est acquis et la question est moins de savoir pourquoi que de savoir comment s’en débarrasser. Mais, surtout, plus que des zombies eux-mêmes, Brooks parle du monde dans lequel nous vivons et des conséquences des choix politiques, des conflits plus ou moins larvés, des rapports de forces actuels. Par bien des aspects, moins qu’un récit horrifique, World War Z est un roman d’anticipation, une dystopie imaginant ce qu’une catastrophe mondiale pourrait entrainer comme enchaînement d’événements.

Retranscrit avec conviction, avec la force – étonnante et qui peut nous faire poser des questions sur la valeur qu’on y accorde – du témoignage, tout cela crée un roman étonnant et prenant, une fresque politique et guerrière ample et foisonnante qui pour s’insérer dans la mode actuelle de la fiction à base de zombies n’en n’oublie pas moins de parler de notre monde. Un livre qui sans être un chef-d’œuvre se révèle bien plus intelligent qu’il peut en avoir l’air a priori.

Max Brooks, World War Z (World War Z, 2006), Calmann-Lévy, 2009. Rééd. Le Livre de Poche, 2010. Traduit par Patrick Imbert.

Merci à Judith Vernant pour le conseil de lecture.

Publié dans SF-Fantastique

Commenter cet article

Barthélemy 25/07/2014 22:31

Très bon bouquin. Ai du l'offrir 8 ou 10 fois autour de moi aux non "zombies initiés" pour recruter en masse !
Fan des zombies depuis le visionnage de "Dawn of the dead" que j'avais du découvrir en 1984, j'ai eu un sursaut d'amour pour le genre grâce à ce livre. Effectivement beaucoup plus futé qu'il n'y
parait.
Quelle déception que le film qui n'a de commun que le titre...

Marie 26/03/2014 13:27

Bonne bouse à regarder un vendredi soir après une semaine fatigante, de la Junk food au dîner et une petite douceur vers 22h lol ! Les zombies sont étonnamment vifs et rapides par rapport aux
autres zombies (que ce soit dans les livres, les séries TV ou les films) Je suis une grande fan des zombies. J'ai lu récemment un livre français édité par Le Bélial (livres numériques gratuits)
vraiment bon : Zombies - Un Horizon de Cendres de Jean-Pierre ANDREVON.

Yan 26/03/2014 16:53



Merci pour les conseils!



Marie 26/03/2014 10:53

J'ai adoré ce livre qui reste pour moi le mieux écrit sur les zombies. Il est très dommage que le film n'ait pas repris le principe des interviews a posteriori qui est vraiment la force du livre

Yan 26/03/2014 13:14



Je n'ai pas vu le film. Et vu tout le mal que j'en entends dire, ça n'est pas pour demain.