Un tour dans le Wyoming : Détonations rapprochées de C. J. Box

Publié le par Yan

 19102.jpgUn beau matin, Joe Pickett, garde-chasse dans le Wyoming, découvre sur le tas de bois derrière sa maison un chasseur mort et une glacière vide. Or, Joe avait eu quelques mois auparavant maille à partir avec ce qui n’est plus qu’un cadavre sur un tas de bois. S’il n’est pas soupçonné du meurtre, le garde-chasse prend cette affaire à cœur et, têtu et naïf, s’embarque dans une affaire qui le dépasse.

Détonations rapprochées est le dernier volume des aventures de Joe Pickett que je n’avais pas encore lu. Ayant découvert assez tard cet auteur, avec L’homme délaissé, je n’ai pas lu ses livres dans leur ordre de parution.

Après Lehane et Connelly et en attendant le prochain James Lee Burke (que mon libraire a enfin reçu), j’ai eu envie de grands espaces et ai donc abordé ce C. J. Box. Je n’ai pas été déçu. Box est de ces auteurs qui tracent tranquillement leur petit bonhomme de chemin, sans faire grand bruit, sans artifices, et que l’on a toujours plaisir à retrouver. Pas pour l’intrigue, souvent assez sommaire, mais pour le décor dans lequel elle se déroule.

Il en va un peu de même (même si je le place bien au-dessus de C. J. Box dans mon panthéon des nature-writers) chez William G. Tapply. On n’a pas vraiment besoin de savoir qui est le coupable. Ce qui importe, c’est de pouvoir se saouler de ces grands espaces. Ici, donc, le Wyoming et les montagnes Rocheuses que l’auteur connaît bien pour avoir été lui-même guide de pêche et manœuvre dans un ranch. On s’attache aussi à ce garde-chasse dont la naïveté déconcertante et la rectitude morale dissimulent un homme bien plus complexe qu’il n’y paraît, et à sa famille.

Une fois encore, sans pour autant nous offrir un chef-d’œuvre, C. J. Box nous permet donc un moment d’évasion très agréable. Faites donc un saut dans le Wyoming, vous devriez avoir envie d’y retourner.

C.J. Box, Détonations rapprochées, Seuil Policiers, 2003. Rééd. Points Policier, 2004. Traduit par William Olivier Desmond.

Du même auteur sur ce blog : Le prédateur ; Fin de course ; Vent froid ;

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

Barthélemy 25/07/2014 22:25

Je n'ai jamais trop accroché à Box. Les enquêtes du garde-chasse Joe Pickett me laissent un peu froid. Le personnage me parait fadasse et m'ennuie. Les méchants sont très méchants et ignorent la
beauté naturelle qui les entoure. Mouais...

Yan 26/07/2014 16:13



J'ai aimé les premiers Box, vraiment bien fichus. Et puis, comme Connely, il a fini par utiliser toujours la même recette sans se fouler. C'est devenu banal, mais ça reste un de mes plaisirs
coupables avec Kellerman ou Lee Child.