Trois ans...

Publié le par Yan

Après la guerreC'est en publiant ma dernière chronique que je m'aperçois que le blog a aujourd'hui trois ans. Ça tombe plutôt bien, car c'est un réel plaisir que de fêter ça avec Woodrell (et c'est avec un frisson d'effroi rétroactif que je me dis que ça aurait pu tomber sur Lee Child).

 

Un anniversaire c'est aussi l'occasion de faire un petit bilan : 165 chroniques, soit un peu plus de 150 romans lus (je sais, je baisse) avec plus ou moins de bonheur... une toute petite proportion de la production pléthorique de polars et romans noirs. Et quelques romans véritablement marquants :

 

Chez les Français : Après la guerre, d'Hervé Le Corre, d'abord. Incontestablement le pluspetitelouve beau roman noir français de ces dernières années.  L'homme qui a vu l'homme, avec un Marin Ledun au sommet de son art qui réussit à éviter les obstacles pour nous livrer un roman intelligent qui dit beaucoup sans sombrer dans un didactisme de mauvais aloi. Une fort belle découverte aussi avec le premier roman de Marie Van Moere, Petite Louve, échappée noire dans une Corse piège et refuge.

 

Pour le reste du monde, on n'est pas près d'oublier la décharge dans laquelle évoluent les personnages de  Corps à l'écart, d'Elisabetta Biuccarelli, ni la  Fille comme les autres de Jack Ketchum (cauchemars garantis). On ne risque pas d'oublier non plus, dans un répertoire plus léger  La ballade du voleur au whisky, rocambolesque épopée du plus célèbre braqueur hongrois. Et je remercie mille fois Hervé Le Corre de m'avoir poussé à lire enfin Ron Rash.

 

codex-deus-sur-les-traces-des-secrets-de-dieu-48518-250-400Avant de repartir pour une année supplémentaire, je m'en voudrais de ne pas évoquer deux grands maîtres du roman qui vous feront mourir de rire :
 Tim Dorsey, d'abord (vous vous en doutiez) dont une formidable citation prêtée à son héros, Serge A. Storms, surplombe les pages de ce blog.

Alexandre Schoedler enfin, auteur de l'un des pires livres jamais écrits, Codex Déus, monument de bêtise et d'approximations syntaxiques dont la médiocrité extrême confine au génie et offre au lecteur de longues heures de fou rire.

Publié dans Divers

Commenter cet article

yossarian 19/05/2014 18:43

Joyeux anniversaire camarade !

Yan 20/05/2014 18:21



Merci!



unwal 16/05/2014 12:51

de facto, ca commence par an, comme anus, donc on y était
^^

Pierre FAVEROLLE 15/05/2014 21:41

Joyeux anniversaire Yan et continue longtemps. Quand on cherche un bon roman noir, on sait où chercher. Et surtout, tu as l'art de dégotter des titres dont je n'ai pas entendu parler. Vive la
diversité. Amitiés

Yan 15/05/2014 21:42



Merci Pierre, bonne continaution à toi aussi!


Amitiés



unwal 15/05/2014 21:17

COOL, ok lee child, cela aurait pu être pire !!!
hum, je te le souhaite pareil et que ton ego ne gonfle pas ^^
meuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuhhhhhhhhhhhhhhhhhhhh
et come on dit chez nous
so long, motherfucker
bises sur la fesse gauche, la droite, je peux pas, le centre non plus, remarque la gauche je la conchie,
alors je te tatoue un a , comme arnachie

Yan 15/05/2014 21:29



Arnachie? Tu voulais dire analchie, non? Merci en tout cas.



Jean-Marc 15/05/2014 09:08

Trois ans, donc tu devrais maintenant être à peu près propre et pouvoir entrer en maternelle sans couches. Donc fini les Deus Ex et autres merdouilles ? non ? OK, c'est vrai que tu nous fais bien
rire avec ça, et j'admire ton abnégation.
Bon anniv, et à plus à Toulouse (avec du chorizo ... de canard).

Yan 15/05/2014 09:27



Ah! Le chorizo de canard!
Tu sais, j'ai beau me raisonner, j'ai parfois du mal à ne pas répondre à l'appel du nanard.