Street fightin’ man : Le Cramé, de Jacques-Olivier Bosco

Publié le par Yan

Le-crame.jpg  Gosta Murneau, dit le Cramé, est le chef d’un véritable commando de braqueurs de haut vol. Poursuivi par Fabiani, chef de l’Antigang, il finit par tomber dans un véritable guet-apens après avoir été balancé par un membre de sa bande.

Après une évasion spectaculaire, le Cramé est bien décidé à découvrir le nom de la balance. Mais pour cela, il n’a pas cinquante solutions. Il lui faut dégoter le dossier des flics. Ne reculant devant rien, Gosta va donc entreprendre d’infiltrer la maison poulaga. Là, il va se trouver confronté à une autre affaire qu’il va vouloir résoudre à tout prix…

Tirée par les cheveux, l’histoire du Cramé ? C’est peu de le dire. Recherché par toutes les polices de France, le Cramé roule en Porsche Cayman et loge dans un hôtel particulier sur l’île Saint-Louis, à deux pas du 36, quai des Orfèvres. Quant à sa manière d’infiltrer la police, rien de plus simple : après avoir subi une opération pour changer de visage, il enlève un flic nouvellement muté depuis la Nouvelle-Calédonie et se présente au boulot à sa place.

Et pourtant ça fonctionne. On prend plaisir à suivre le Cramé dans ses aventures plus rocambolesques les unes que les autres. Ça pète, ça explose, ça saigne, ça tire dans tous les sens, les pneus crissent, on ne sait plus qui sont les gentils et les méchants – sauf peut-être les très méchants, qu’on reconnaît parce qu’ils ressemblent à Quasimodo ou qu’ils projètent de détruire le monde, ou pas loin, depuis leur chaise roulante –, et on s’en fout un peu d’ailleurs, puisqu’on attend juste le prochain déferlement de violence plus ou moins gratuite en se demandant juste quel sort le Cramé et son pote Lino réservent au prochain type qui se mettra en travers de leur chemin.

Le roman de Bosco est bourré de références cinématographiques, du polar français des années 70, avec Belmondo ou Delon, à Coppola ou Scorsese. Mais c’est surtout à John Woo qu’il fait penser – à Volte-Face bien sûr – pour ce côté grand-guignol, faisant fi de toute vraisemblance, et ces explosions de violence qu’on imagine bien, comme chez Woo, au ralenti.

Au total, si vous recherchez de la morale, une histoire crédible et que vous êtes attachés à la procédure policière, vous risquez d’être vite déçus. Si par contre vous voulez vous défouler, et prendre un plaisir – souvent coupable mais sans conséquences – à voir des types se faire torturer, dessouder, rectifier… ou à lire des comparaisons pour le moins originales (« son flingue tremblait de plus en plus, au moins deux fois plus vite que le dernier vibromasseur d’Amanda Lear »), Le Cramé est pour vous.

Il n’y a pas à dire, parfois ça fait du bien.

Jacques-Olivier Bosco, Le Cramé, Éditions Jigal, 2011.

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Bob Polar 16/03/2014 19:15

Je finis à l'instant ta chronique et découvre que j'ai terminé la mienne sur "Aimer ou laisser mourir" à l'identique. Je te jure que j'ai pas copié !

Yan 16/03/2014 19:37



Je veux bien t'accorder le bénéfice du doute... mais que je ne t'y reprenne plus!



Guillome 03/08/2011 15:02


c'est noté pour moi, je viens de voir deux autres blogs qui en parlent, aussi en bien...alors pourquoi se priver ?


Yan 03/08/2011 15:07



Tout à fait. Pourquoi se priver? Ça dépote!



christine 20/07/2011 18:22


C'est vrai que ce roman permet de passer un plus que très agréable moment. Et je suis d'accord : un livre comme ça, ça fait du bien !
:-)


Yan 20/07/2011 18:51



Un véritable exutoire!



Pierre FAVEROLLE 11/07/2011 20:15


J'ai trouvé ce roman bien speedé, bien divertissant, touchant parfois à la perfection. Hautement jouissif ! Amitiés


Yan 12/07/2011 09:48



C'est le mot. Jouissif.