Rétrospective Parker (18) : Le défoncé

Publié le par Yan

ledefonce.jpgCela faisait décidément un bon moment que l’on n’avait pas vu Parker réussir un coup. Cette fois, tout se passe au mieux et les braqueurs repartent avec la recette d’un concert géant. Sauf qu’à l’arrivée ils retrouvent le vieux brigand qui avait renoncé au dernier moment à les accompagner assassiné. De retour chez lui, dans la maison que Claire, sa compagne, vient d’acheter, Parker s’aperçoit vite que quelque chose cloche. Il semblerait que quelqu’un élimine d’une manière particulièrement cruelle les participants au braquage de la salle de concerts. 

On avait déjà relevé, dans  Blanc-bleu noir, combien Claire participait de l’humanisation de Parker autant qu’elle pouvait devenir un point faible pour lui. Prise en otage une première fois par des personnages qui obéissaient cependant à des règles strictes, elle se retrouve ici, alors que Parker est parti pour tenter de faire la lumière sur la mort de ses complices, entre les mains de deux malades dont la violence n’a pas de limites.

En mettant en scène cette situation, Stark nous montre que si Parker peut avoir des attaches et des sentiments, il n’en demeure pas moins une créature à sang-froid qui refuse le statut de victime. Une fois encore, alors que ses poursuivants voient en lui une proie, il a tôt fait de devenir le chasseur. 

Après une bonne cinquantaine de pages consacrées au braquage, dont le luxe de détails se révèle comme toujours étonnant et passionnant, Stark ramasse son intrigue principale en une centaine de pages dans lesquelles il réussit à instiller une tension remarquable qui va crescendo jusqu’à une scène de meurtre terrifiante digne d’un film de Tobe Hooper, avant de lancer une traque là encore millimétrée et qui maintient jusqu’au dénouement final un suspense savamment dosé.

Avec une écriture toujours dépouillée, sans effets de manche tape-à-l’œil, Stark nous sert un roman d’action très cinématographique, tendu et d’une efficacité redoutable. Un des très bons épisodes de la série.

Richard Stark, Le défoncé (Deadly Edge, 1971), Gallimard, Série Noire, 1971. Rééd. Carré Noir, 1974 (Parker sonne l’hallali). Traduit par S. Hilling.

Du même auteur sur ce blog : Comme une fleur ; Peau neuve ; Pour l’amour de l’or ; La clique ; En coupe réglée ; Rien dans le coffre ; Sous pression ; Le septième homme ; Travail aux pièces ; La demoiselle ; Le divan indiscret ; Blanc-bleu noir ; La dame ; Un petit coup de vinaigre ; L'oiseau noir ;  Planque à Luna-Park ;  Les citrons ne mentent jamais ; Portraits gratis ; Signé Parker ; Comeback ; Backflash ; Flashfire ; Firebreak ; Breakout ; À bout de course! ; Demandez au perroquet ; Argent sale.

Publié dans Noir américain

Commenter cet article

scebb 07/12/2012 11:59

Moi j'aime ça, le noir !

Tannhauser 23/01/2012 14:24

Je l'avais oublié celui-là, mais maintenant je me souviens que c'était un de mes préférés. Il est temps que je me les relise aussi..je viens de finir le dernier Dortmunder en anglais,"Get real", un
peu triste de savoir que je ne retrouverai plus John, Andy, Stan, May, Tiny (ou Tout'ptit dans les premières séries noires...)et les autres. En suivant la rétrospective j'ai envie de me consoler en
retrouvant Parker. En passant, j'ai relu les chroniques des premiers Parker, et à propos des adaptations ciné, je croyais aussi au début que les ralisateurs ou scénaristes avaient changé le nom en
Walker ou Porter, mais en lisant des interviews de Westlake j'ai appris que c'est lui qui avait toujours refusé de céder les droits du nom "Parker", la seule exception a été l'adaptation BD.
Bonne journée

Yan 24/01/2012 06:23



Je n'ai pas la chance d'être assez à l'aise en anglais pour lire un roman et, du coup, ce moment de tristesse viendra plus tard pour moi.


Merci pour cette précision sur Parker/Walker/Porter. Voilà qui est intéressant.


Au plaisir,


Yan