Ravages, d’Anne Rambach

Publié le par Yan

ravagesDominique André, journaliste d’investigation dont les enquêtes font polémique et qui s’est attiré de solides inimitiés auprès de grandes banques et entreprises est retrouvé mort par son amie Elsa Délos. Cette dernière refuse de croire à un suicide et demande à Diane Harpmann, amie et collègue travaillant en free-lance, de l’aider à reprendre la dernière enquête d’André à propos du scandale de l’amiante.

 

Le thriller intelligent existe, même en France, et Anne Rambach est là pour le prouver à qui en douterait. Car Ravages est bien un thriller et en utilise les codes : complots, tueurs mystérieux tapis dans l’ombre, poursuites... Tout est là et, surtout, est extrêmement bien mené avec un sens consommé de la narration et la construction de personnages archétypaux, certes – à commencer par l’héroïne au lourd passé et aux capacités physiques exceptionnelles – mais dotés d’une réelle épaisseur et qui ne basculent pas dans la caricature. Les habituels rebondissements finaux et à tiroirs inhérents au genre sont aussi là. Et ils apparaissent d’ailleurs comme la partie la moins convaincante du roman ; à ceci près que, aux moments où ils interviennent, le lecteur a depuis un bon moment laissé l’intrigue policière au second plan et qu’ils sont donc, finalement, assez peu importants.

 

Car le thriller n’est que le médium qu’a choisi Anne Rambach pour parler d’autres choses. Du scandale de l’amiante, bien entendu, mais aussi de la responsabilité des journalistes et de l’indépendance de juges que les lobbies et une bonne partie la classe politique redoutent et  honnissent… Ainsi, à partir d’une documentation extrêmement fournie dont elle à l’intelligence et l’honnêteté de fournir la bibliographie au lecteur en fin d’ouvrage, Rambach, démêle sur le mode de la fiction un glaçant écheveau de manipulations politiques, de désinformation organisée et de compromissions qui ont entraîné un des plus gros scandales sanitaires mondiaux. Un scandale par ailleurs toujours pas terminé et dont la justice, dans de nombreux pays – à commencer par la France – peine à se saisir.  

 

Ce faisant, Anne Rambach accomplit on ne peut mieux ce qui devrait être une des principales missions de la littérature, même de genre, à savoir éclairer le lecteur sur le monde dans lequel il vit. Nul doute que Ravages vaut bien des essais et bien des articles et espérons qu’il saura trouver, séduire, divertir et informer un large public.  

 

Anne Rambach, Ravages, Rivages/Thriller, 2013.

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Poone 24/02/2013 16:39

il faut lire la trilogie tokyoïte d'Anne Rambach. Surprenant. Polar gay lesbien japonais écrit par une française. Tokyo Chaos était vraiment un bon polar

Yan 24/02/2013 17:11



Dès que j'ai le temps, j'essaie.



Jean-Marc 21/01/2013 08:35

Je viens de le terminer (chronique à venir dans la semaine), si mon appréciation est globalement la même, j'ai quand même un peu plus de restrictions ...
J'ai une certaine allergie aux super héros, et la partie lézard/mouette m'a agacée. Et je ne vois pas ce que vient faire l'histoire de la juge avec la camorra ...
Sinon, sur le fond, d'accord superbe travail d'enquête rendu accessible car passé par la case littérature.

Yan 21/01/2013 15:29



Finalement, j'ai trouvé que les phases "super-héros" passaient plutôt bien, allégeaient un peu l'ensemble, empêchaient le roman de sombrer dans le côté démonstration didactique.


La juge et la camorra, à mon avis, c'est une manière de mettre les patrons de l'amiante sur le même pied que les mafieux et de montrer les limites et la fragilité de l'indépendance des juges.



Yspaddaden 17/01/2013 20:53

Barbara Abel. Heureusement pour elle, je l'ai lue juste avant Kate Atkinson, sinon, mes impressions de lecture auraient été encore plus négatives.

Yan 17/01/2013 21:16



D'après ce que j'ai lu sur le bouquin de Barbara Abel, Anne Rambach joue dans une autre catégorie.



Yspaddaden 17/01/2013 19:11

J'ai lu une auteur française du genre il y a peu et si globalement, j'ai marché dans le suspens mis en place, j'ai été déçue par les personnages, pas assez fouillés à mes yeux. C'est qu'à force de
lire des anglo-saxons, on devient exigeant en la matière...

Yan 17/01/2013 19:18



De qui s'agit-il?


En ce qui concerne Anne Rambach, j'ai été très positivement surpris. Ce n'est un secret pour personne que j'ai souvent du mal avec le thriller à la française, mais là, j'ai trouvé que ça
fonctionnait particulièrement bien tout en informant sans jamais être pesant. Une vraie réussite.