Quais du Polar 2014 : Bande de chacals

Publié le par Yan

quais-du-polar-2014C’est sous le signe du chacal autoproclamé James Ellroy que s’ouvrait le week-end dernier la dixième édition de Quais du Polar à Lyon. Alors que, dès le vendredi, la foule ne cessait d’affluer, la tête d’affiche du festival, souvent décrit comme difficile à contrôler, assurait sourire aux lèvres et grimaces de chacal intermittentes, ses séances de dédicaces et rencontres avec les lecteurs. Détendu, affable et gentiment cabotin, Ellroy a séduit et s’est prêté de bonne grâce au grand raout lyonnais. On retiendra notamment sa belle intervention au moment de remettre à Hervé Le Corre, pour son fabuleux roman Après la guerre, le prix « Le Point » du polar européen.

Ceci dit, avouons-le, on a bien souvent lâchement fuit face à la foule pour rejoindre les conférences informelles au bar avec les membres de la ligue factieuse des Fanas du Polar plutôt que celles officielles dont la rumeur se plaît à dire qu’elles ont toutefois bien eu lieu et qu’elles ont elles-aussi attiré du monde.

 

C’est donc autour du festival que l’on a beaucoup rencontré de monde.

Quelques verres (ou trop de verres) sur les terrasses environnantes avec un François Médéline hanté par les épreuves de son roman à paraître le mois prochain et par ses furieuses tendances sociopathes, Laurent Guillaume en forme mais subissant les assauts d’un auteur sous Black Cocaïne (toujours Médéline…) ou encore un Jérémie Guez détendu après la parution de son Dernier tigre rouge et des éditeurs désirant garder l’anonymat.


Bien entendu, comme de coutume, il y eut aussi la fameuse soirée péniche, aussi riche que périlleuse lorsque l’on s’y retrouve avec des Fondu(e)s au Noir, un journaliste corse en manque de Get 27, un libraire Hot, un libraire suisse d’adoption, un libraire végétarien et Dark Vador. L’occasion, là, à minuit ou à trois heures du matin, de parler méthamphétamine et chasse au canard avec Frank Bill, blues avec Ace Atkins, traduction et langues romanes avec Diniz Galhos et Bison avec Mikaël Demets avant de tenter vainement de trouver une entrecôte à quatre heures du matin.


Tout ça, et bien d’autres rencontres – retrouvailles traditionnelles avec les copains de la Noir’rôde et de 813, la pétillante Olivia Castillon, et ceux et celles avec lesquelles les emails et facebook étaient jusqu’à présent les seuls contacts  – ont rendu le week-end riche en émotions, en discussions et, bien entendu, en gamma GT.

 

On recommence l’année prochaine.

Publié dans Festivals

Commenter cet article

le couillon de service 10/04/2014 12:16

promis l'année prochaine, je serai plus social, j'ai essayé de te voir vendredi, mais trop de monde à dire bonjour

je vieillis, et j'étouffe vite dans ce genre d'endroit, et suis pas très à l'aise dans ce milieu

Mais moi aussi je veux te voir ^^

Yan 10/04/2014 21:13



Moi aussi j'étouffe vite, c'est pour ça qu'on passe beaucoup de temps au café.



le couillon de service 09/04/2014 10:58

t 'étais encore au bar.... cette fois je t'ai pas demandé ^^

Yan 09/04/2014 17:30



Faudra quand même qu'on essaie de se voir un de ces jours!



Simone 08/04/2014 07:18

Ah bon ! Parce que pour une fois qu'on peut écouter des conférences avec des gens qui ne vous regardent pas comme un plouc, des conférences où on rit bien bien fort, pas la main devant la bouche
pour pas se faire remarquer, hein ! ça fait du bien au petit peuple qui reprend un peu de place. C4est cette ambiance que j'aime, aux Quais

Simone 07/04/2014 20:38

Ben de mon côté j'ai bien aimé les conférences officielles, oui...Fallait pas ?

Yan 07/04/2014 22:04



Si, si. C'est juste que je n'ai pas eu le courage de faire la queue pour y aller et que les copains étaient au bar.