Quai des enfers, d’Ingrid Astier

Publié le par Yan

quaidesenfersPremier roman d’Ingrid Astier, initialement publié en Série Noire, Quai des enfers a reçu à sa parution des critiques assez partagées. D’un côté plusieurs prix (prix Paul Féval de la Société des gens de lettres, prix polar en plein cœur, prix Lafayette) venus récompenser un nouvel auteur talentueux, de l’autre quelques volées de bois vert à destination d’un texte jugé faible dans son intrigue et surécrit. Et puis, aussi, bien entendu, certains chroniqueurs se sont montrés plus partagés entre ces deux extrêmes. C’est sans nul doute dans cet entre-deux, un peu tiède sans doute au goût des contempteurs comme des admirateurs, que nous nous situerons.

Mais parlons de l’histoire d’abord. Un matin de décembre, la Brigade fluviale qui opère sur la Seine découvre dans une barque amarrée devant le 36, Quai des orfèvres, le cadavre d’une femme. Jo Desprez, commandant de la Brigade criminelle chargé de l’enquête se trouve d’autant plus impliqué que la carte de visite de l’un de ses amis, un parfumeur de génie, a été retrouvée sur la morte. Très vite cette affaire prend un tour obsédant pour ceux qui enquêtent, tant du côté de la criminelle que de la fluviale. Surtout, elle ne cesse de rebondir et, comme la Seine, les entraîne dans ses méandres agités de remous insondables.

Quai des enfers, donc, oscille entre le roman de procédure classique et la traque d’un éventuel tueur en série. Ingrid Astier, pour son premier livre, se montre appliquée et développe son intrigue selon un plan bien établi, utilise les archétypes classiques pour les personnages et laisse assez de fausses pistes et de rebondissements sur le chemin du lecteur pour arriver à le surprendre. C’est bien là ce qui rend la lecture de ce roman plutôt agréable après un premier chapitre qui apparaît en effet surécrit et un peu pesant.

D’une manière générale, c’est cette application d’Ingrid Astier à respecter les canons du genre qui affaiblit son livre. Car, s’il ne manque pas de circonvolutions bien menées et même de personnages atypiques, ceux-ci restent souvent trop lisses et manquent de l’ambigüité qui leur donnerait vraiment de la chair. Un autre point faible est sans doute aussi l’accumulation de références : le passage en revue de tous les ponts de la Seine dès le début, le rock industriel, le travail de police et de journaliste… sont parfois trop présents et, même, peuvent sembler artificiellement collés, comme si l’auteur avait voulu parler de ce qu’elle aime sans forcément pouvoir le relier vraiment à son histoire.

Peut-être donc le roman (480 pages dans se version poche) aurait-il gagné à quelques coupes qui l’auraient allégé.

Pour autant, il convient de ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Sous ces défauts, on voit vraiment poindre un auteur intéressant. Et si Ingrid Astier a voulu suivre d’une manière qui peut sembler trop scolaire les codes du genre, elle n’en a pas moins tiré une histoire assez intéressante et prenante pour embarquer le lecteur et titiller sa curiosité. Si le trait est un peu trop forcé parfois, Astier montre qu’elle a malgré tout quelque chose à raconter et, en fin de compte, elle s’en tire honorablement. Il ne reste maintenant plus qu’à attendre son prochain roman annoncé pour la fin de l’année 2012, pour voir si l’on se trompe ou si, comme on le pressent, c’est une romancière qu’il sera intéressant de suivre qui est en train d’éclore.

Ingrid Astier, Quai des enfers, Gallimard, Série Noire, 2010. Rééd. Folio Policier, 2012.

Publié dans Noir français

Commenter cet article

christine 07/03/2012 23:26

Oui ! Un roman déroutant car on y trouve de tout, et malgré quelques défauts que les puristes ont tous épinglés, reste l'envie de voir arriver un second roman. Une auteure à suivre pour, je
l'espère, confirmer l'essai :-)
Amitiés !

Yan 09/03/2012 15:02



On verra bien. Espérons-le en tout cas.



Richard 07/03/2012 21:37

En espérant qu'elle réponde aux attentes que son premier roman a créées.
Amitiés

Yan 07/03/2012 22:12



Espérons!



Vonnette 07/03/2012 21:17

Ce livre m'a déçu mais je laisserai une seconde chance à l'auteure ;-)

Yan 07/03/2012 21:24



Elle le mérite sans doute, mais peut-être qu'on ne lui en laissera pas une troisième.



cynic63 07/03/2012 19:42

Salut,
Je l'avais chroniqué lors de sa sortie en grand format. J'avais trouvé un peu ces mêmes défauts que tu pointes (l'abus de référence, en rock indus comme tu dis, mais aussi sur les composants des
parfums). C'est dommage car il y a aussi de belles pages, notamment les descriptions de la Seine ou les épisodes se déroulant sur le fleuve

Yan 07/03/2012 19:53



Oui, j'ai oublié de parler des parfums... Ce roman aurait gagné à être plus court mais je pense que les volées de bois vert qu'il a pu se prendre étaient aussi immérités que les prix qu'il a pu
recevoir.