Petite Louve, de Marie Van Moere

Publié le par Yan

petitelouveQuelque part au-dessus des calanques, une femme abat un homme ; celui-là même qui a violé sa fille. En assouvissant cette vengeance, elle met en branle toute une série d’événements et devient avec sa fille la proie des frères du violeur, gitans sédentarisés et criminels endurcis, qui vont la poursuivre sur les routes de Corse où elle pensait se faire oublier.

Pour ce premier roman Marie Van Moere choisit de traiter un thème vieux comme l’Homme et donc la tragédie ; celui du cycle de la violence et de la vengeance. Appliquant la loi du talion, prenant la vie de celui qui a brisé celle de son enfant, cette mère enclenche un engrenage qu’elle ne maîtrise pas et que, d’évidence, aveuglée par l’obsession de faire payer le coupable, elle n’a jamais réellement envisagé de maîtriser.

À partir de là, tout en menant une course-poursuite sans temps mort et en ménageant un suspense bien maîtrisé révélant au lecteur attentif des événements à venir pour mieux dissimuler d’autres surprises plus inattendues, Marie Van Moere peut jouer sur les contrastes et les oppositions.

Entre la mère et sa fille d’abord ; la première se révélant vite avoir plus besoin d’aide que la seconde. Entre deux aspects de la Corse ensuite dont le caractère insulaire en fait à la fois un refuge et un piège. Entre deux familles enfin. Celle brisée, délitée, de la mère et de la fille, celle soudée et extrêmement hiérarchisée de leurs poursuivants. On peut d’ailleurs saluer là le souci de l’auteur de donner à chacun de ses personnages, autant chez les poursuivies que chez les poursuivants, une véritable histoire et donc une chair palpable pour le lecteur même si, toujours, et Marie Van Moere le montre bien, c’est l’instinct animal qui prend le dessus. Instinct de protection de la louve pour sa petite, instinct de chasse en meute pour les Gitans à leurs trousses. Et un autre contraste de se faire jour avec Orsanto, le berger au nom d’ours qui apparaît sans nul doute comme celui qui sait le mieux dominer ses instincts et incarne à lui seul le refuge que représentent l’île et ses montagnes.

Cela donne au final un roman trépidant, marqué du sceau d’une violence sauvage, parfois gratuite dans les faits mais jamais dans le propos de l’auteur mais aussi porteur d’une véritable réflexion sur la porosité des frontières entre le bien et le mal qu’une révélation finale, au détour seulement d’une phrase, met plus encore en lumière. C’est également, entre autre, un livre qui s’interroge sur la manière dont la violence apparaît comme corollaire de l’amour – maternel, fraternel, filial – lorsque celui est blessé, et enfin, à sa manière rude un beau roman sur le passage à l’âge adulte.

La Manufacture de livres révèle avec Marie Van Moere une plume âpre et sensible que l’on se plaira sans nul doute à suivre dans l’avenir.

Marie Van Moere, Petite Louve, La Manufacture de Livres, 2014.

Publié dans Noir français

Commenter cet article