Mexicali City Blues, de Gabriel Trujillo Muñoz

Publié le par Yan

 arton28206-aab6a.jpgDans ce troisième épisode des enquêtes de Miguel Ángel Morgado, l’avocat est contacté par son amour de jeunesse dont le mari, un pilote d’hélicoptère américain, a disparu dans le désert de Baja California avec ses passagers. Morgado va très vite s’apercevoir que l’organisation écologique pour laquelle était censé travailler le disparu n’est pas aussi transparente qu’il y paraît, et  il va mettre la main dans un véritable panier de crabes.

Gabriel Trujillo Muñoz reste fidèle à lui-même. Ainsi nous voilà une fois de plus face à un roman du format d’une novella avec environ 90 pages, dans lequel l’auteur brode autour des thèmes qui lui sont chers : l’esprit revanchard du héros vis-à-vis des États-Unis et la corruption des autorités. Cette fois, c’est le trafic de drogue qui est au centre de l’intrigue. On est bien entendu loin de La griffe du chien de Winslow, et il ne faut pas s’attendre à un exposé circonstancié. Trujillo Muñoz ne s’encombre pas de détails, travaille par allusions et donne la priorité à une intrigue sans temps mort (en même temps, en 90 pages…).

D’ailleurs, contrairement à Loverboy et son serial-killer dans lequel la résolution arrivait presque comme un cheveu sur la soupe et à Tijuana City Blues où l’ambition de l’intrigue se heurtait au format court adopté par l’auteur, ce Mexicali City Blues apparaît plus abouti. Sans doute parce que, justement, Gabriel Trujillo-Muñoz a choisi de privilégier le rythme plutôt que la complexité de l’intrigue. Si le fil de l’histoire est mince et l’enquête rondement menée, la qualité de l’écriture, un personnage de Morgado plus intime, des traits d’humour qui viennent éclairer une histoire plus sombre qu’il n’y paraît, viennent relever le tout et nous offrir un bien agréable moment de lecture.

Gabriel Trujillo Muñoz, Mexicali City Blues (Mexicali City Blue – Puesta en escena, 2006), Les Allusifs, 2009. Rééd. Folio Policier, 2011. Traduit par Gabriel Iaculli.

Du même auteur sur ce blog : Tijuana City Blues ; Loverboy ; Mezquite Road.

Publié dans Noir latino-américain

Commenter cet article

Ys 26/11/2011 12:11

Il va falloir se faire à ce format frustrant... en espérant que les enquêtes seront réunies en un volume...

Yan 26/11/2011 12:35



Ce serait en effet une bonne idée.