Le couteau sur la langue, de René Merle

Publié le par Yan

lecouteausurlalangueJ’ai découvert un peu sur le tard et à l’occasion de quelques échanges sur son blog, que René Merle n’était pas seulement cet historien et chercheur en domaine d’òc dont je fréquentais la prose scientifique depuis quelques années déjà, mais aussi un auteur de romans noirs. Si je n’ai pas encore mis la main sur toute sa production (mais ça ne saurait tarder), j’ai néanmoins pu trouver ce Couteau sur la langue [fin de l'interlude autobiographique]. J’aurais pu plus mal tomber puisque, me semble-t-il, ce roman fait idéalement le lien entre les travaux scientifiques de René Merle, son occitanisme et son œuvre de romancier.  

Car en effet, voir un sous-sous-sous-sous-ministre de la culture délégué à un quelconque bureau chargé de la francophonie recevoir par courrier les langues coupées de cadavres retrouvés en Allemagne, Italie et sur la frontière de l’Occitanie se révèle, malgré la violence de l’acte, plutôt amusant. Surtout quand le sous-sous-sous-sous-ministre en question, grâce ou à cause d’une secrétaire peu adepte des abats et assistée d’un concierge tamoul, n’est aucunement au courant de ce qui se passe et que c’est le fils adolescent de ladite secrétaire qui va mener l’enquête.

On l’aura compris, on n’est pas là dans le procedural ou même, malgré la présence évidente d’un tueur en série, dans un de ces thrillers soi-disant ultra documentés. On ne cherchera donc pas un quelconque réalisme dans la manière dont la police peut mener l’enquête ou même dans celle dont Junior, l’ado surdoué suit la piste car, de fait, Le couteau sur la langue est une joyeuse évasion, un amusant suspense, une léger roman à énigme.

Pour autant René Merle, qui ne dissimule pas, par le biais de quelques références, ses lectures de d’Andrea Camilleri ou de Manuel Vásquez Montalbán, ne se contente pas ici d’écrire une sympathique petite enquête sous le soleil méridional. Le divertissement qu’il offre au lecteur est aussi l’occasion de poser en filigrane quelques questions qui tiennent à cœur à l’auteur : cette égale dignité des langues qui, paradoxalement, est ici mise en avant par ce Junior élevé par ses parents dans le culte de l’anglais, mais aussi dérives nationalitaires et déviances idéologiques ou, par le biais d’une conversation de deux personnages à propos de la Catalogne, changement de statut et de  valeur intrinsèque de la langue quand elle devient celle du pouvoir en place.

Ainsi, sous le vernis de l’aimable enquête baignée d’humour et d’un peu de gastronomie, René Merle pose un regard un peu désabusé sur l’abandon des idéaux et leur dure confrontation à la réalité qui, s’il porte aussi sur l’engagement en faveur de la langue d’oc, est transférable à bien d’autres combats politiques, sociaux ou culturels. C’est pour cela que Le couteau sur la langue, s’il permet de passer un moment de lecture des plus agréables laisse aussi cet arrière goût doux-amer qui lui donne plus de relief qu’une simple farce policière.

René Merle, Le couteau sur la langue, Jigal Poche, 2001.

Publié dans Noir français

Commenter cet article

Aredius 01/10/2014 14:37

Bonjour,

Je vous "pointe" sur http://lefenetrou.blogspot.com

Merci pour vos pages

Yan 03/10/2014 23:17



Merci à vous!