La terrible ponctualité des chemins de fer anglais : Sur la mauvaise pente, de Graham Hurley

Publié le par Yan

sur-la-mauvaise-pente.jpgLa première chose que l’on apprend, à notre plus grand étonnement, en lisant Sur la mauvaise pente, c’est qu’il arrive que les trains anglais soient à l’heure. Le premier de la journée en tout cas. Et c’est plutôt une mauvaise nouvelle pour l’homme qui était attaché avec des chaînes et un cadenas sur un rail, au milieu d’un tunnel proche de Portsmouth.

Chargé d’enquêter sur ce qui semble bien être un meurtre, l’inspecteur Joe Faraday voit les pistes se multiplier et l’aide de son adjoint Paul Winter, qui se remet d’une grave opération, ne sera pas de trop. Si ce n’est que Winter, au bout d’une fausse piste, découvre une disparition inquiétante qui ressemble aussi à un meurtre et qu’il a des relations ambigües avec Bazza Mckenzie, le caïd local qui pourrait être impliqué dans l’assassinat de l’homme retrouvé dans le tunnel.

J’aurais bien commencé par la première enquête de Faraday mais, lorsque j’ai rencontré Graham Hurley à Frontignan, il n’en avait plus aucun exemplaire sur la table et il m’a donc conseillé le dernier de la série. Tout cela pour dire que, si j’avais entendu dire du bien de cet auteur, je n’avais pas encore eu l’occasion de le lire.

Ce qui saute aux yeux pour celui qui n’est pas un lecteur régulier, c’est que dans ce roman Faraday se trouve plutôt au second plan. Si le personnage est intéressant et même attachant, il s’efface là derrière son adjoint Paul Winter qui est d’une toute autre épaisseur. Personnage complexe, individualiste mais fidèle en amitié, manipulateur, roublard, il pimente sérieusement cette histoire.

Quant à l’histoire, justement, elle est bien ficelée. Le roman de procédure est un genre qui peut vite devenir pesant, mais Graham Hurley mène son histoire de main de maître et, sans nous perdre, nous entraine de fausse piste en cul-de-sac et en nous révélant peu à peu l’étonnante vérité que l’on n’avait pas forcément vu arriver. L’écriture est limpide et l’on se laisse vite prendre au jeu, à chercher les mobiles du ou des meurtriers, à s’attacher aux personnages... Voilà un auteur que je retrouverai sans doute avec plaisir.

Graham Hurley, Sur la mauvaise pente, Le Masque, 2007. Rééd. Folio Policier, 2011. Traduit par Philippe Loubat-Delranc.

Publié dans Noir britannique

Commenter cet article

Richard 20/07/2011 12:58


Deux commentaires:
- J'aime beaucoup ces personnages de Faraday et de son adjoint;
- Et à la lecture de ton billet, je panique un peu ... je pars en Angleterre en août et nous visitons le pays en train !!!

Bonne journée !!


Yan 20/07/2011 13:14



Tant que vous restez dans le train, tout devrait bien se passer!