L’intrigue fantôme : Les fantômes de Breslau, de Marek Krajewski

Publié le par Yan

              

 arton25067-b0fea.jpg Septembre 1919 : les corps de quatre jeunes marins sont découverts sur une île du fleuve Oder, horriblement mutilés. La police découvre à leurs côtés une lettre enjoignant Eberhard Mock, policier spécialisé dans les affaires de mœurs, à se repentir d’une faute qu’il aurait commise. Victime de cauchemars récurrents, Mock dort peu et du seul sommeil qui lui permette de ne pas rêvé : celui qu’il trouve après s’être saoulé. Dans une ville appartenant encore à l’Allemagne tout juste vaincue et en pleine décrépitude où le mal semble se cacher dans chaque recoin, Mock plonge dans cette affaire et dans les ténèbres.

Un polar polonais. Voilà qui n’est pas courant… chez nous du moins, puisqu’on peut présumer que la Pologne a aussi son lot d’auteurs de polars. Bref, ma curiosité a été éveillée. Et la déception n’a pas tardé à poindre. Il y avait là de quoi dérouler une intrigue prenante dans un décor original (l’Allemagne, ou plutôt ici la Basse-Silésie, de l’après Première Guerre mondiale) et qui se prêtait on ne peut mieux à une histoire sombre. Malheureusement, Marek Krajewski, s’il se concentre sur le personnage a priori intéressant d’Eberhard Mock, a tôt fait de tourner en rond sans sembler pouvoir aller plus loin et nous éclairer un peu plus sur la personnalité de ce policier qui est le héros d’une série de romans. Ajoutons à cela une intrigue prétexte ésotérique alambiquée, et les ingrédients sont finalement rassemblés pour nous mener au bout de l’ennui.

Le sentiment qui prévaut chez moi après cette lecture laborieuse est celui d’un gâchis. L’impression que l’auteur a rassemblé assez de bonnes idées et un certain talent d’écrivain pour arriver à nous offrir un bon moment  de lecture et qu’il est complètement passé à côté. Je lirai sans doute son roman suivant. Pour voir s’il réussit à tenir les promesses entrevues dans Les fantômes de Breslau ; mais s’il est du même tonneau, il y a peu de chance que je m’aventure à en lire un troisième.

Marek Krajewski, Les fantômes de Breslau, Gallimard, Série Noire, 2008. Rééd. Folio Policier, 2011. Traduit par Margot Carlier

Publié dans Noir d'Europe de l'Est

Commenter cet article

Bernadette Bost 25/03/2015 17:47

Je n'ai pas encore lu "Les fantômes de Breslau" mais j'ai été très séduite par un autre livre de cet auteur, lu en traduction anglaise. En français ce serait "La tête du minotaure". Le roman se passe dans les années 30 entre Wroclaw (alors Breslau) et Lwow. Le contexte de montée du nazisme sert de toile de fond, mais l'intrigue criminelle, certes complexe mais qui tient le lecteur en haleine, est l'élément le plus important, et un protagoniste à la personnalité intéressante est associé à Mock. J'ai peut-être été sensible à l'atmosphère parce que je me trouvais justement à Wroclaw, mais en rentrant en France j'étais assez emballée pour commander trois Krajewski d'un coup !

Yan 26/03/2015 06:46

Bonjour Bernadette. Il est vrai que le premier roman de la série m'a pour ma part ennuyé. Ceci dit, pas mal de personnes m'ont dit que les suivants se laissaient bien plus facilement lire et que cette série valait vraiment le coup. Il faudra que je m'y replonge à l'occasion. Bonnes lectures des volumes que vous avez commandés, en tout cas!

pierre Bondil 09/08/2011 18:39


Comme j'étais en Pologne il y a quelques jours, j'ai lu "Les fantômes de Breslau" (et en Tchéquie, "Le Brave soldat Chvéik" et "Le requiem de Terezin", du snobisme, peut-être) : je suis tout à fait
d'accord, le galimatias ésotérique fout tout en l'air. J'en attendais beaucoup. Il ne sera pas facile de me convaincre d'en lire un autre.


Yan 09/08/2011 19:32



Il parait pourtant que les suivants sont meilleurs, mieux maîtrisés. J'attendrai leur sortie en poche pour y jeter un oeil parce que Les fantômes de Breslau portait en lui tant de
promesses...



Claude LE NOCHER 08/06/2011 16:08


Bonjour,
Il arrive parfois que le "mode narratif" allemand, russe ou polonais nous déroute, moins explicite peut-être que les romans auxquels nous sommes plus habitués.
Elmore Leonard sera sûrement plus excitant, oui.
Amitiés.


Yan 08/06/2011 21:29



Bonjour Claude,


Plus que le "mur narratif", c'est l'indigence de l'histoire et le blabla ésotérique qui m'a rebuté. Je lirai la suite puisqu'on m'en dit du bien et parce que je sens bien qu'il y a du bon chez
cet auteur. À voir donc.


Bien à toi



Jean-Marc Laherrère 08/06/2011 09:23


Comme toi je n'avais pas du tout accroché à ce premier roman (que je n'avais pas terminé), mais j'ai aimé le suivant, La peste de Breslau, et j'ai sous le coude le troisième qui vient de sortir.


Yan 08/06/2011 11:59



Je me laisserai donc sans doute tenter. Mais pas tout de suite. Là, pour me remettre, j'ai choisi une valeur sûre, un Elmore Leonard, La guerre du whisky.