Faux et usage de faux, d’Elvin Post

Publié le par Yan

fauxetusagesdefauxÀ partir d’un fait réel, le vol en 1990, au musée Isabella Stewart Gardner de Boston, de treize tableaux de maîtres (Rembrandt, Vermeer, Degas, Manet…) qui n’ont jamais été retrouvés, Elvin Post développe un roman mettant en scène une bande de voleurs bien préparés mais en butte aux caprices du destin et à la bêtise, l’orgueil ou la cupidité de leurs complices ou de leurs victimes.

Elijah Fish, faussaire, a donc été contacté par son ancien complice d’escroquerie, Vincent Bloom pour mettre ce coup en place. Monté avec intelligence, il a tout pour fonctionner. Mais c’est sans compter sur un mafieux psychopathe imposé par leur commanditaire, un conservateur de musée égoïste et psychorigide et Bloom lui-même. En fin de compte, la question est : comment faire pour se débarrasser de 300 millions de dollars de tableaux dont personne ne semble vouloir ?

Le roman d’Elvin Post va, c’est évident, chercher du côté de Donald Westlake et de son héros maudit John Dortmunder autant que de celui du cinéma ou de la télévision en ce qui concerne le commanditaire du vol, un chef mafieux dépressif plus proche cependant de Mafia Blues que des Soprano. Post, toutefois, n’est pas Westlake et semble souvent écartelé entre la volonté de nous faire rire et celle qui consiste à se concentrer sur Fish, son talent, et son histoire d’amour, ôtant toute ambivalence au personnage qui apparaît tellement gentil qu’il en devient très lisse.

Reste que l’auteur arrive à nous intéresser à ce milieu particulier des voleurs d’art et faussaire et que ce roman gentillet (naïf ?) se laisse lire sans déplaisir. On rit même volontiers assez souvent (et en particulier dans toute la partie consacrée au vol lui-même). Faux et usage de faux est loin d’être un roman inoubliable, mais permet de passer un moment agréable. Ni plus, ni moins.

Elvin Post, Faux et usage de faux (Cals Beeld, 2006), Seuil, 2010. Rééd. Points Policier, 2011. Traduit par Hubert Galle.

Du même auteur sur ce blog : Room Service ;

Publié dans Noir néerlandais

Commenter cet article

Jean-Marc 20/08/2012 09:33

Yena des qui préparent activement leur mois d'octobre à Toulouse ...

Yan 20/08/2012 11:01



Démasqué.



Catherine 18/08/2012 15:29

Bonjour Yan,
J'avais bien aimé Losers nés (je me permets de mettre le lien) mais je n'ai pas lu d'autres romans d'Elvin Post.
http://laculturesepartage.over-blog.com/article-losers-nes-d-elvin-post-70985947.html
Bon weekend !

Yan 18/08/2012 23:18



Je n'ai pas lu Losers nés, mais j'ai Room service, le dernier Post, sur mes étagères.


Bon week-end à toi.



christophe 16/08/2012 18:40

Soit c'est l'été qui ramollit la dent dure que tu peux avoir, soit tu as lu ça après la Ligue... le premier Elvin Post était effectivement drôle, là...

Yan 16/08/2012 18:44



C'est qu'avant j'ai lu du lourd (dans des sens opposés du terme) : Descosse (vraiment lourd), Cougrand (très fort, mais pas franchement hilarant). Non, Post, je l'ai trouvé gentillet, pas génial
mais pas désagréable.



Dewilde 16/08/2012 13:44

S'il m'arrive de le croiser sur un rayonnage, je n'hésiterai pas. Un polar qui se laisse lire avec plaisir, ce n'est déjà pas si mal. Ceci dit, je ne connais pas Elvin Post. Est-il l'auteur de
polars plus aboutis ?
Jean.

Yan 16/08/2012 14:24



Oui, c'est gentillet et plutôt divertissant, sans casser des briques. J'ai son dernier roman dans ma pile et je vais bientôt le lire. On verra alors si c'est plus abouti.