De la friture sur la ligne - Festival TPS (aucun lien entre les deux)

Publié le par Yan

Les habitués du blogs auront sans doute constaté que le rythme jusqu'alors assez régulier des publications est un peu plus syncopé ces derniers temps. Ainsi va la vie... on n'a parfois pas le temps de mener de front trop d'activités à la fois.

Un retour à la normale est cependant espéré et plusieurs livres que j'ai terminé de lire depuis plus ou moins longtemps attendent d'être chroniqués. Je vous parlerai donc dans les jours qui viennent de Ciseaux, de Stéphane Michaka, de Munitions, de Ken Bruen ainsi que de Room Service, d'Elvin Post et de La tristesse du samouraï, de Víctore del Árbol ; ces deux derniers romans ayant été lus en préparation du Festival Toulouse Polars du Sud qui se déroule cette semaine et dans le cadre duquel ceux qui feront le déplacement pourront voir, écouter et rencontrer pléthore d'auteurs ce week-end au forum de la Renaissance.

Pour ma part j'y serai et j'animerai deux tables rondes. La première, vendredi soir sera consacrée au "polar qui décoiffe", avec Jean-Bernard Pouy, Elvin Post et Carlos Salem. La seconde, samedi après-midi, s'intéressera aux blessures du passé et aux dictatures, avec Ernesto Mallo, Ramon Diaz-Eterovic, Maurizio di Giovanni et Victor del Arbol. Les amis de la Noir'rôde et Jean-Marc d'Actu du noir animeront aussi leur lot de tables rondes sur le noir des antipodes, l'indépendance de l'Algérie entre histoire et fiction ou encore le polar comme révélateur du malaise de la soiété française. Le programme complet est disponible sur le site du festival

Au plaisir de s'y croiser peut-être, et à bientôt quoi qu'il en soit.

Publié dans Divers

Commenter cet article

Pecosa 12/10/2012 08:56

Je te demanderais bien de faire une bise à Salem de ma part et de lui dire toute mon admiration mais je ne suis pas sûre que ça fasse avancer le débat... Bonne table ronde alors, passe un bon
week-end. Aurons-nous droit à un compte-rendu?

Yan 12/10/2012 10:09



Je peux toujours passer le message! Sinon, oui, j'essaierai de faire un compte-rendu. Bon week-end à toi.